Tunisie : Prélèvement de 2 jours de salaire du personnel de la poste en grève

 

Un prélèvement de deux jours s’effectuera sur les salaires du personnel de la Poste tunisienne en grève mercredi et jeudi (29 et 30 mai), a affirmé le ministre des Technologies de l’information et de la communication, Mongi Marzoug. Lors d’une conférence de presse, organisée mercredi à Tunis, le ministre a estimé que la grève est légale mais exige une retenue sur les salaires, conformément à la réglementation internationale en vigueur.

De son côté, le personnel de la Poste tunisienne observe, durant ces deux jours, une grève décidée par la Fédération générale de la poste et des télécommunications (FGPT) relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), afin de protester contre la privatisation de certains services postaux.

M. Marzoug a réfuté la possibilité de privatiser certaines activités postales comme cela a été annoncé par la partie syndicale. «Le gouvernement provisoire, a-t-il dit, a reçu en 2012, plusieurs propositions de compagnies internationales qui s’engagent à créer plus de 1.500 emplois directs en contrepartie de la privatisation de certaines activités postales, mais il a refusé afin de sauvegarder la Poste tunisienne».

Pour M. Marzoug, la grève des agents de la Poste n’est pas justifiée et les raisons invoquées ne sont pas valables. Elle est à même de nuire au secteur et aux intérêts des Tunisiens, selon ses propos.

Il a cependant, ajouté que le dialogue demeure ouvert avec la partie syndicale appelant à accorder la priorité à l’intérêt national, notamment dans ce contexte marqué par des difficultés économiques.

Il a en outre, exprimé son refus de consacrer une partie des recrutements programmés par la poste à l’avenir, aux enfants du personnel parti à la retraite (revendiqué par le syndicat), précisant qu’une telle mesure constitue une violation de la loi et des procédures en vigueur dans la fonction publique.

Pour sa part, le président directeur général de l’Office nationale des postes (ONP), Nabil Madani, a estimé que la grève constitue en général, un droit, mais elle coïncide avec les activités de retrait de pensions et de salaires par les familles nécessiteuses et les ouvriers des chantiers.

L’ONP, a-t-il noté, a enregistré en 2012, un déficit de 5 millions de dinars, en dépit de la subvention de 64 millions de dinars accordée par l’Etat, pour l’ouverture de bureaux de poste dans les différentes régions notamment dans les zones reculées et ce en vue de rapprocher les services du citoyen.

Source : TAP

Print Friendly

Plus :  Actu   News






  • Envoyer