Pôle universitaire privé anglophone MSB/MedTech: «Former des entrepreneurs créateurs d’emplois et non de futurs chômeurs»

 

Lors d’un petit déjeuner de presse organisé le 8 juillet à la Mediterranean School of Business (MSB) au Lac II, Mahmoud Triki, fondateur et doyen de la MSB, a présenté sa nouvelle entité universitaire anglophone : le Mediterranean Institute of Technology (MedTech).

C’est le professeur Hamed Ben Dhia (président de l’Université de Sfax de 1997 à 2011), qui a présenté le MedTech, en qualité de doyen. L’ouverture de ce nouvel établissement est prévue en septembre prochain.

Le MSB et le MedTech dont les bâtiments se jouxtent au cœur du Lac II, permettront le rayonnement du premier pôle universitaire multidisciplinaire privé anglophone. Ils combineront les formations les plus demandées par les entreprises, en l’occurrence l’ingénierie et le management. Leur organisation et leur management sont similaires à ceux des universités américaines.

msb-triki-01

Une école d’ingénieurs ultra-performante

“Les cycles de formation du MedTech répondent parfaitement aux besoins des entreprises locales et régionales en cadres polyvalents. Il nous donnera encore plus de performance et de facilité pour doter nos diplômés de tous les outils qui les aideront à auréoler leurs carrières de succès dans une économie de plus en plus mondialisée”, a déclaré à cette occasion M. Ben Dhia.

Selon lui, le MedTech réunit pour ses étudiants toutes les conditions de réussite, à savoir: un corps professoral performant constitué de compétences nationales et internationales, académiques et industrielles; des programmes innovants soutenus par une pédagogie interactive ainsi que des moyens didactiques de haut niveau, donnant place au développement des soft skills (leadership, communication, travail de groupe…) requis pour une carrière réussie.

M. Bien Dhia a, par ailleurs, mis l’accent sur l’importance d’avoir un entourage proche en entreprises innovantes et réputées, qui, dans le cas présent, accompagnent les étudiants durant leurs stages et ouvertes à leurs embauches une fois diplômés.

ben-dhia-msb

Au travers de ses longues années d’expérience, le doyen a également évoqué les problèmes inhérents de l’enseignement supérieur en Tunisie, à l’instar de la massification, de l’inadéquation des programmes de formation par rapport à la réalité du marché… “Nous ne sommes pas là pour fabriquer des chômeurs mais uniquement des personnes qui donneront un plus à l’économie de ce pays”, a-t-il assuré.

Un plus à l’échelle nationale et une visibilité à l’international

«Le premier facteur de succès d’une université c’est la motivation de l’étudiant. Nous veillons donc à sélectionner les futurs candidats, selon leur potentiel et leur degré de sérieux», a souligné M. Triki, qui estime également que les programmes d’enseignement se doivent de refléter l’environnement socio-économique, tout en s’ouvrant sur le monde. “Notre MBA a attiré, jusqu’à présent, une vingtaine de nationalité à travers le monde, ce qui est un gage de sérieux et d’excellence. Nous veillerons toujours à nous situer au même niveau des écoles internationales”, a-t-il conclu.

biblio-msb

Le MedTech, école d’ingénieurs anglophone, octroiera des diplômes d’ingénieur et de masters dans les secteurs des technologies de pointe avec des spécialités en informatique, en télécommunication et en technologies du mobile. Il donnera le choix entre trois cycles de formation :

– le premier cycle préparatoire (deux ans), où les offres de formation intéresseront plus spécialement les bacheliers issus de les filières mathématiques, sciences expérimentales et informatique;

– le deuxième cycle (trois ans) accueillera les étudiants Bac+3 ou plus pour des formations d’ingénieurs en “Software Engineering” (Informatique, Télécom, Génie Electrique et Electronique…);

– un Master (deux ans) en “Wireless Technology & Entrepreneurship” sera également proposé aux étudiants Bac+3 en informatique, informatique de gestion, Télécom, Génie Electrique et Electronique.

Ces cursus de formation sont rythmés par des démarches d’accréditation, de certification et d’évaluation ainsi qu’une ouverture à 360° sur le monde économique.

Tout comme pour la MSB, les conditions d’entrée au MedTech tiennent compte de la qualité du dossier du candidat et d’un bon niveau en anglais qui pourra être amélioré par une mise à niveau durant tout le mois de septembre.

S.B.N

Print Friendly

Plus :  Emploi   TopNews






  • Envoyer