IBM s’inspire du cerveau humain dans le domaine de la programmation

IBM vient de dévoiler  un écosystème de logiciels de pointe conçus pour la programmation de puces en silicium. Ces puces ont une architecture similaire à celle du cerveau : fonctions, faible consommation d’énergie, volume compact.

Cette technologie pourra permettre de créer une nouvelle génération de réseaux de capteurs intelligents qui imitent les capacités de perception, d’action et d’apprentissage du cerveau.

Un système de puces, comprenant 10 milliards de neurones

Le nouveau modèle de programmation d’IBM est adapté à une nouvelle catégorie d’architectures cognitives distribuées, hautement interconnectées, asynchrones, parallèles et à grande échelle. Les chercheurs d’IBM ont développé des avancées qui s’appliquent à toutes les étapes du cycle de programmation, du design, au développement, à la suppression des bugs et au déploiement.

L’objectif à long terme d’IBM est de construire un système de puces, comprenant 10 milliards de neurones et 100 millions de millions de synapses,  qui consommerait à peine un kilowatt et occuperait un volume de moins de 2 litres.

Les systèmes construits à partir de ces puces pourront rassembler des données symboliques, c’est-à-dire du texte fixe ou des informations digitales, mais également des données sous-symboliques, c’est-à-dire sensorielles et dont la valeur change continuellement.

Une technologie pouvant remplacer l’œil humain

Prenons l’exemple de l’œil humain, il est capable de traiter plus d’un téraoctet de données par jour. En imitant le cortex visuel avec une paire de lunettes légères, de faible puissance, capables, grâce à des capteurs vidéos et auditifs intégrés, de collecter et d’analyser des flux de données visuelles, il sera possible d’aider des personnes malvoyantes.

Les capteurs rassembleront et interpréteront de grands volumes de données afin de signaler combien d’individus se trouvent devant l’utilisateur, la distance avant un virage, le nombre de véhicules présents à une intersection ou la longueur d’un passage piéton.

Comme un chien-guide, les données sous symboliques récoltées et analysées par les lunettes pourront par exemple indiquer via des écouteurs audio le chemin le plus prudent pour traverser une pièce ou un autre environnement.

Communiqué

Print Friendly

Plus :  Actu   News






  • Envoyer