La Tunisie aux rencontres cinématographiques du Maghreb, à Paris

 

Le cinéma tunisien sera présent lors des rencontres cinématographiques du Maghreb des films qui se tiendront à l’Institut du monde arabe de Paris (IMA) du 20 au 25 novembre 2013.

La journée du samedi 23 novembre sera consacrée à la projection de trois films de Walid Tayaa, à commencer par “Boulitik” (2012), une fiction de 25 minutes avec Bob Levasseur, Maxime Touron, Lotfi Dziri, Aziz Miled, Fathi Msalmani et Yasser Zantour.

Le second film du genre documentaire est une production Tunisie-Danemark “Journal d’un citoyen ordinaire” (2012). Ce film de 24 minutes décline des regards croisés sur la Tunisie d’antan et celle d’aujourd’hui, un voyage à travers l’enfance, les parents, la jeunesse, la politique et le cinéma. Et dans son récent documentaire-portait “Dorra Bouzid, une Tunisienne, un combat” (2013), Walid Tayaa, donnera aux curieux et avertis à découvrir une militante, témoin et actrice du passage de la colonisation à l’indépendance.

Les 54 minutes de ce film sont consacrées au parcours de cette première femme journaliste de presse écrite en Tunisie.

Dans ce documentaire, la fille spirituelle de l’écrivain Mahmoud Messadi se raconte, justifie ses luttes, fait revivre des figures historiques, dont Farhat Hached, mais aussi des lieux, comme l’appartement familial de l’avenue de Paris ou le laboratoire de l’hôpital Habib-Thameur.

Auparavant, le jeudi 21 novembre sera réservé à la projection d’un court métrage d’animation “Etiquettes” (2011) de Ines Jerray. Artiste et chercheuse franco-tunisienne, vivant et travaillant entre les deux pays, Ines a fait une thèse sur l’oeuvre d’animation en tant que lieu d’expériences cognitives et sensorielles.

Docteur en arts plastiques et en arts du spectacle, elle continue à s’intéresser aujourd’hui à la problématique du corps vivant, ainsi qu’à l’animation comme potentiel de création plastique et cinématographique. Les étiquettes sont employées dans son film comme photogrammes qui racontent en dessin animé la fiction d’une fillette enfermée dans le vide: des figures se transforment alors librement sur fond d’un paysage réel et évanescent.

Le même jour, les cinéphiles auront rendez-vous avec un moyen-métrage de fiction “Zakaria” de Leyla Bouzid, (2013). Vivant elle aussi entre Paris et Tunis où elle a grandi, elle a débuté dans le cinéma comme assistante réalisation et co-réalise son premier court-métrage, “Sbeh el Khir” (Bonjour, en 2006) avec Walid Mattar.

Tekiano avec Communiqué

Print Friendly

Plus :  Actu   News






  • Envoyer