Rencontre autour de l’ouvrage “Habib Bourguiba Jr – Notre histoire” samedi 23/11

 

couverture-bourguiba-juniorUne rencontre avec Mohamed Karrou & les membres de la famille de Habib Bourguiba Junior autour de l’ouvrage “Habib Bourguiba Jr – Notre histoire” va se dérouler samedi 23 novembre 2013 à 18H à la librairie Mille feuilles à La Marsa. Cette rencontre est organisée par Cérès éditions.

Publié aujourd’hui, avec l’accord de sa famille, le témoignage de Habib Bourguiba Jr (1927-2009) vient à point nommé remettre en mémoire la profondeur historique de l’action accomplie par Bourguiba ainsi que l’originalité d’une vision et d’une démarche politiques qui firent de la Tunisie une nation pionnière et respectée.

Le texte nous plonge d’emblée dans l’histoire personnelle de Bourguiba Jr, fils unique de Bourguiba, le fondateur de la première et toute jeune République tunisienne, dont il a hérité à la fois le nom et le prénom, et avec eux la fougue et l’enthousiasme des recommencements.

De l’option socialiste avec Ben Salah au moment libéral avec Hédi Nouira, de la décennie tronquée entamée par Mzali jusqu’à Ben Ali, il passe en revue les trente années de combats et de pouvoir. Pour les Tunisiens d’aujourd’hui, il raconte et saisit à un moment charnière de leur destin national, l’histoire, telle qu’elle a été rêvée, façonnée ou contrariée.

L’auteur :

Les entretiens ont été conduits par Mohamed Kerrou, Professeur de sciences politiques à l’Université de Tunis El Manar, auteur de nombreux ouvrages et notamment de “Hijâb, Nouveaux voiles et espaces publics”.

Quelques extraits:

“Le statut de la femme est déterminant pour nous, y compris dans nos relations extérieures. Lorsque vous n’avez pas les moyens d’être craint vous pouvez au moins être respecté. La place que la Tunisie a accordée à la femme y contribue plus qu’on ne le pense. Nous sommes respectés parce que nous respectons nos femmes. A tous points de vue, on peut dire que plus vous donnez aux Tunisiennes plus vous donnez à la Tunisie !”

“Il y a eu des velléités et des batailles feutrées puisqu’il y avait, d’un côté, le clan de Ahmed Mestiri, et de l’autre, le clan qui prétendait ou laissait entendre qu’il servait Mohammed Sayah. En fait, il y avait deux ou trois personnes qui avaient des « idées » et, tout autour, des gens qui les approuvaient ou désapprouvaient, suivant leurs intérêts ou leurs humeurs. Ce n’était pas de vrais clans mais plutôt des alliances d’un jour. Sayah défendait le Parti, Mestiri défendait sa propre personne en soutenant qu’il défendait la démocratie. Le même, en tant que ministre de l’Intérieur, en avait commis, j’en fus témoin, plus d’un écart ! Cependant, autant qu’Ahmed Ben Salah, Ahmed Mestiri était un homme probe, droit, honnête sur le plan de l’argent. Je ne peux le méconnaître, mais Mestiri était trop ambitieux et trop assoiffé de pouvoir.”

” Était-ce ‘élégant’ de la part d’Ahmed Mestiri, de Wassila ou de certains anciens ministres de faire de la démocratie leur cheval de bataille ? Assurément que non ! Mon père, sachant parfaitement à qui il avait affaire, ne pouvait croire que leurs motivations étaient strictement démocratiques […] Vous savez lorsqu’on va à un combat, il faut savoir combattre à armes courtoises, loyalement. La guerre est un art et comme tout art, elle ne supporte pas le faux, tôt ou tard, elle écarte les faussaires”.

“Bourguiba est, à ce propos, un homme qui s’est rarement trompé dans ses analyses et évaluations des événements de caractère politique mais qui s’est souvent trompé sur les hommes, sans doute, parce que nourri des idéaux des Lumières. Il a toujours pensé ou espéré que l’homme fût perfectible.”

 

Tekiano avec communiqué

A Lire :

Tunisiana E-Kitab : des livres au bout des doigts

Le livre « Kalb Ben Kalb » de Taoufik Ben Brick a sa vidéo sur Youtube signé -Z-

Print Friendly

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer