HEC Montréal & MSB Tunis lancent le programme Bachelor

 

Dans le cadre de l’élargissement de sa présence dans les pays émergents, HEC Montréal s’intéresse au continent africain et choisit la Mediterranean School of Business (MSB) en Tunisie, comme partenaire pour son programme de Baccalauréat (Bachelor).

Les deux institutions, leaders dans l’organisation de programmes de management selon les normes des meilleures Business Schools viennent de signer un protocole de collaboration baptisé «Programme 2 + 2».

Un programme commun entre les deux écoles

Ce partenariat permet aux jeunes africains qui répondent aux normes d’admission des deux institutions d’effectuer les deux premières années du programme de «Baccalauréat d’Administration des Affaires – B.A.A» à la MSB à Tunis et de poursuivre à HEC Montréal les deux autres années du programme, au Canada, pour recevoir en fin de parcours le Diplôme de Baccalauréat de HEC Montréal-Canada.

Le programme des deux premières années poursuivi à la MSB est le même que celui du B.A.A. HEC Montréal, à savoir : contenu et méthodes pédagogiques.

En plus des cours offerts par ses professeurs, la MSB assurera des cours par des professeurs de HEC Montréal qui se déplaceront à Tunis pour l’occasion.

La première promotion du « Programme 2+2 » démarrera en septembre 2014.

Un accès à une éducation multiculturelle et globalisée

Mahmoud Triki, Doyen de la MSB, estime que : «Sur un plan stratégique la MSB et HEC Montréal fondent leur développement sur un réseau de partenaires qui partagent les mêmes valeurs académiques. Sur le plan économique, les frais de scolarité à la MSB sont inférieurs à ceux pratiqués par HEC Montréal et le coût de la vie est moins cher à Tunis qu’il ne l’est à Montréal. Sur le plan académique et culturel, cette formule permet aux jeunes étudiants africains d’entamer leurs études de gestion dans le contexte d’un pays émergent proche du leur et d’effectuer le reste du programme (deux ans) au Canada pour s’acculturer de l’environnement nord-américain des affaires.

Le but ultime étant de faciliter aux étudiants africains l’accès à une éducation multiculturelle et globalisée (Global Education) les outillant pour être des entrepreneurs visionnaires immédiatement opérationnels dans leur environnement d’origine»

Tekiano avec Communiqué

Print Friendly

Plus :  Actu   News






  • Envoyer