Tunisie : La révolution du bistouri se passe aussi via les réseaux sociaux !

 

Le ton monte dans le corps médical tunisien, et les médecins et futurs médecins ne sont pas prêts à renoncer à leurs revendications et au rejet du projet de loi n°38/2013 qui soumettrait les jeunes médecins spécialistes à un travail obligatoire de 3 ans dans les régions.

Dès 8H30 du matin du mardi 07 janvier, l’UGET a appelé tous les étudiants à assister à l’assemblée générale qui s’est déroulée à l’amphithéâtre de la Faculté de médecine de Tunis pour finaliser les derniers préparatifs et mener une action parfaitement organisée.

Et dès les premières heures du matin, la présence était massive :

tweet-1-medecins

tweet-2-medecins

Les tweeples sur place qualifient cette manifestation d’«historique» et cette action a même sa page Facebook intitulée #Occupy38; un mouvement de protestation contre le projet de loi 2013/38 visant l’amendement de la loi 91-21 du 13 mars 1991 actuellement à l’étude au niveau de l’ANC. La page a été lancée le 05 janvier.

{Facebook}666766836709343{/Facebook}

tweet-3-medecins

TWEET-6-medecins

Plusieurs étudiants sont en train de venir des régions (des facultés de Sousse, Monastir et Sfax) afin de consolider la présence des jeunes médecins sur place.

tweet-4-medecins

tweet-5-medecins

Plusieurs citoyens n’ont pas compris pourquoi les jeunes médecins sont contre cette nouvelle loi. Nous vous proposons de découvrir ici un sketch fait par des étudiants de la Faculté de médecine de Monastir pour faire comprendre au public les motivations qui alimentent le mouvement contre la loi 38/2013 :

contre-la-loi-medecins

{youtube}UeK0HDcDKg0{/youtube}

Une présence renforcée des policiers est constatée. Ils se sont installés du côté du ministère de la Santé à Bab Saadoun ainsi qu’au niveau de l’ANC afin d’éviter tout débordement.

Néanmoins, les médecins ont imposé une règle de conduite et appelé à adopter une charte de la marche: les médecins doivent se munir de leur blouse blanche, leur identité, les organisateurs sont identifiés grâce à leur brassard et la discipline et sang-froid seront de rigueur.

Un bras de fer qui se lance entre le gouvernement et le corps médical tunisien.. les résultats ne vont pas tarder.

 

Sara Tanit

crédits photos:

@Aydagrissa
@Boukornineblog
@khaledcoolone
@HendrixTN

 


Lire aussi :

Marche pour la dignité de la médecine à Tunis

Tunisie : Un médecin agressé… Le corps médical tunisien indigné réagit (vidéos)

Print Friendly

Plus :  A la une   Reseaux Sociaux






  • Envoyer