Elections présidentielles 2014 : Dépassements et défaillances observés par ‘‘ATIDE’’

 

L’Association Tunisienne pour l’Intégrité et la Démocratie des Elections ”ATIDE” a mobilisé son arsenal d’observateurs pour l’observation des élections présidentielles, le 23 novembre 2014 en Tunisie et du 21 au 23 novembre 2014 à l’étranger.

Plus de 4300 observateurs bénévoles accrédités ont été ainsi déployés sur 27 circonscriptions du territoire national ainsi que sur 6 circonscriptions à l’étranger dans 33 villes de 17 pays, avec une large présence dans la quasi-totalité des grandes villes de la France.

Les observateurs ”ATIDE” ont en effet suivi toutes les étapes du jour du scrutin, depuis l’ouverture des bureaux de vote jusqu’à leur fermeture, ainsi que les opérations de collecte et de dépouillement.

atid-isie

Le Bureau Central des opérations d’ATIDE a rendu public, d’une façon continue, les observations collectées relatives aux les dépassements et défaillances enregistrés et vérifiés en Tunisie ou à l’étranger, dont voici une synthèse :

Forte présence des forces de l’ordre et interventions rapides

L’ATIDE a noté et salué les dispositifs sécuritaires mis en place pour ces élections. Les forces de l’ordre sont d’ailleurs intervenues à plusieurs occasions face à certains cas de perturbation ou de violence, suite à des frictions entre les représentants de certains candidats ou suite à la volonté d’appliquer la loi par quelques responsables des IRIES (Instances régionales indépendantes pour les élections).

Entraves au travail des observateurs et agressivité à leur encontre :

L’ATIDE a relevé plusieurs cas d’interdiction de présence ou de circulation de ses observateurs mobiles dans les centres de vote (cours des écoles). Elle est aussi intervenu à maintes reprises auprès des IRIES et de l’ISIE pour la facilitation du travail de ses observateurs. Cette entrave a pu être rectifiée dans certains cas alors qu’elle a persisté dans d’autres.

Des actes de provocation à l’encontre de certains observateurs ATIDE par des représentants de partis ou de candidats ou par du personnel des centres de vote, ont été par enregistrés, allant jusqu’à l’agression de certains d’entre eux alors qu’ils étaient en train de documenter des infractions dans les centres de votes.

Violation du silence électoral et actes de propagande dans les centres de vote :

Les observateurs ATIDE ont relevé plusieurs types d’infractions liées au silence électoral, telles que des activités de campagne, d’affichage, de distribution d’imprimés ou d’exploitation des enfants pour des raisons de propagande, ainsi que des actes d’influence sur les électeurs par d’autres électeurs ou par certains membres des IRIES ou de bureaux de vote, ainsi que des cas de corruption des voix.

Non respect des procédures de vote :

L’ATIDE a observé une amélioration des prestations de l’ISIE aussi bien au niveau organisationnel que logistique, avec un effectif satisfaisant des agents présents dans les bureaux de vote. L’amélioration est aussi à noter quant à l’ouverture à temps de la plupart des bureaux. Toutefois, plusieurs agents des bureaux de vote n’ont pas porté les badges portant leurs noms et photos. L’ATIDE note aussi un manque dans l’affichage des listes des électeurs dans les centres de vote, un manque au niveau du matériel électoral dans certains bureaux ainsi qu’une mauvaise disposition de certains isoloirs ne garantissant pas le secret de vote en plus de certains actes de vote accomplis en dehors des isoloirs.

L’ATIDE est intervenue auprès des membres du conseil de l’ISIE pour attirer leur attention sur le risque éventuel de non validité de certains bulletins de vote, entachés par de l’encre ou mal imprimés, ce qui pourrait cacher les cases réservées à certains candidats.

Vote à l’étranger :

Les observateurs ATIDE à l’étranger ont, pour leur part, relevé un certain nombre d’infractions parmi lesquels : la persistance de l’absence d’affichage des listes des électeurs dans la plupart des circonscriptions de l’étranger, un manque de matériel électoral et des bulletins de vote dans certains pays. ATIDE a aussi noté un manque de visibilité des tampons dans les quatre coins ou un tamponnage d’avance des bulletins de vote, des accompagnements non autorisés dans l’isoloir, des doublons dans des listes électorales, et certains votes effectués par une copie du passeport. Plusieurs citoyens ayant des justificatifs d’enregistrement ou des preuves de leur vote aux législatives d’octobre 2014 n’ont pas pu voter, à cause de l’absence de leurs noms dans le registre des électeurs ou encore à cause du changement de leur bureau de vote vers des localités lointaines ou parfois même en Tunisie. Par ailleurs, des citoyens à l’étranger ayant demandé la correction de leur lieu de vote après les législatives 2014 n’ont pas vu leur problème résolu, alors que d’autres non inscrits ont trouvé leurs noms et ont pu voter.

ATIDE a aussi enregistré des cas d’agressions verbales et des manœuvres de propagande lors du silence électoral, ainsi que des cas d’influence des électeurs dans des bureaux et centres de vote à l’étranger.

L’association ATIDE est actuellement en train de collecter tous les rapports d’observation, en Tunisie et à l’étranger, et d’évaluer leur degré de gravité et son impact sur les opérations de vote en général. ATIDE est aussi en train aussi de vérifier les plus importantes infractions et leurs preuves, en vue de rendre public dans les jours qui viennent son Rapport préliminaire d’observation.

Tekiano avec communiqué

Print Friendly

Plus :  Politik   TopNews






  • Envoyer