Autoriser les agents de la Garde nationale à conserver leur arme de service en dehors du travail

Le Syndicat général de la Garde nationale demande au ministre de l’Intérieur d’autoriser les agents de la sûreté nationale à conserver leur arme de service en dehors des horaires du travail.

Le syndicat appelle l’Assemblée des représentants du peuple à adopter le projet de loi portant protection des agents de la sûreté et de leurs locaux. Il qualifie de «lâche» l’assassinat terroriste perpétré, dans la nuit de samedi 3 janvier 2015, contre l’agent de police, Mohamed Ali Charaabi, saluant les efforts fournis par les équipes de la Garde nationale à Zaghouan pour arrêter les criminels en un temps record.

Dans une déclaration rendue publique, dimanche, le syndicat impute une part de responsabilité à l’autorité de tutelle qui, précise-t-il, n’œuvre pas au rapprochement des sécuritaires de leur lieu de travail.

L’agent de police, Mohamed Ali Charaabi, a été poignardé au niveau du cœur et égorgé, dans la nuit de samedi à El Ghrifet, dans la délégation d’El Fahs (gouvernorat de Zaghouan), alors qu’il rentrait de son travail à Tunis, a indiqué, dimanche, le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Tekiano avec TAP
Print Friendly

Plus :  Actu   News






  • Envoyer