Sofiane Chourabi et Nadhir Ktari, journalistes de la chaîne First TV, n’auraient pas été exécutés

 

 

La chaine First TV en la personne de son directeur général, Kais Mabrouk, et de toutes ses équipes, confirme que les journalistes, Sofiane Chourabi et Nadhir Ketari, enlevés en Libye dans le cadre de leur travail respectif de journaliste d’investigation et de cameraman, n’auraient pas été exécutés, contrairement à ce qu’annonçait un communiqué de presse émis par la branche libyenne de l’organisation DAECH et relayé par différents média.

sofiane-nedhir-free

Cela fait malheureusement la deuxième fois que des médias annoncent, sans contrôler et sans vérifier leurs sources, que nos deux journalistes sont morts. Nous ne pouvons expliquer l’angoisse et l’horreur que connaissent les familles Chourabi et Ketari à chacune de ces intox que je qualifie d’inhumaine. Les autorités tunisiennes, de leur côté, n’ont jamais confirmé de telles allégations lancées par l’agence de presse française AFP, reprises par plusieurs médias tunisiens et étrangers” , déclare Kais Mabrouk.

Les deux collaborateurs de First TV avaient été enlevés une première fois le 3 septembre, relâchés et capturés de nouveau le 8 septembre dernier. Malgré les efforts conjugués du ministère des Affaires étrangères tunisien, de la chaîne de télévision First TV, du Syndicat national des journalistes tunisiens, de Reporters sans Frontières, de la Ligue arabe des droits de l’homme et des familles Chourabi et Ketari, les deux journalistes sont détenus en Libye depuis 128 jours.

Le responsable de First TV ajoute: “Nous sommes en train de passer les moments les plus angoissants avec les familles Chourabi et Ketari, qui ne savent toujours rien du sort de leurs enfants. Ces procédés d’intox sont inacceptables, inhumains et ne respectent en rien la déontologie de la presse“.

D’après des sources fiables libyennes, Sofiane et Nadhir seraient toujours détenus dans la région de Derna, et en bonne santé. Et rien n’a été confirmé officiellement, ni infirmé en ce qui concerne leur exécution.

Nous espérons que le nouveau gouvernement poursuivra et intensifiera les efforts mis en oeuvre par l’actuel ministère des Affaires étrangères pour libérer le plus rapidement possible nos deux collaborateurs. Nous adressons une supplique à Monsieur Béji Caïd Essebsi, notre nouveau président, pour qu’il considère ce dossier comme l’un des plus prioritaires du début de son quinquennat“, conclut Kais Mabrouk.

Tekiano avec communiqué

Print Friendly

Plus :  Medias   TopNews






  • Envoyer