Le SNJT dénonce l’agression de deux journalistes à Kasserine

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a dénoncé, dimanche, l’agression de deux journalistes par des gardes nationaux à Kasserine, alors qu’ils étaient en train d’accomplir leur travail.

Une journaliste de la télévision tunisienne et un autre de « Radio FM » ont été agressés verbalement par des gardes nationaux, alors qu’ils assuraient la couverture de la visite du ministre de l’Intérieur et du ministre de la Santé dans le gouvernorat de Kasserine.

snjt-2015

« Ces attitudes sont irresponsables » a estimé le SNJT dans une déclaration rendue publique à la suite de ces incidents.

A cet égard, le Syndicat a mis en garde contre la poursuite de l’agression des journalistes et des restrictions exercées sur eux lors de l’accomplissement de leurs missions.

« Le SNJT va user de tous les moyens pour défendre les siens, y compris la poursuite en justice des agresseurs », a- t-il averti.

A ce propos, le SNJT a appelé, de nouveau, le ministère de l’Intérieur, à mieux encadrer ses agents et à protéger les journalistes contre toute atteinte qui risque de compromettre leur sécurité lors de l’exercice de leur travail.

Le journaliste Ali Smaali a été agressé, dimanche, par des gardes nationaux, alors qu’il était en train de filmer l’agression de la correspondante de la télévision tunisienne par les agents de l’ordre.

Les gardes nationaux se sont saisis du téléphone portable du journaliste et ont supprimé la vidéo de l’incident avant de le (téléphone) jeter par terre.

De surcroît, les agents de l’ordre l’ont menacé d’assumer sa responsabilité en cas de publication de toute information sur cet incident.

Il convient de noter que le chef du gouvernement, Habib Essid, avait chargé, le 19 février 2015, le ministre de l’Intérieur d’ouvrir une enquête sur les récentes agressions contre les journalistes et de les étudier au cas par cas.

Print Friendly

Plus :  Actu   Ness   News






  • Envoyer