Yunus Social Business annonce la nomination de Leila Charfi au poste de directrice pays pour la Tunisie

Lors d’un point de presse organisé le 06 mars dans les locaux de Cogite Coworking Space, Yunus Social Business a annoncé la nomination de Leila Charfi au poste de directrice pays pour la Tunisie.

Pour info, Yunus Social Business est une organisation cofondée par le lauréat du Prix Nobel de la Paix, Prof. Muhammad Yunus, afin de promouvoir l’entrepreneuriat social dans le monde.

Ibda

 

YSB est présent dans 7 pays, dont la Tunisie depuis 2013.
YSB Tunisie, qui a lancé le premier accélérateur d’entreprises en Tunisie, iBDA (www.ibda.tn), a été initialement dirigée par Farés Mabrouk, qui est actuellement directeur des programmes d’accélérateur à YSB international.

En rejoignant Yunus Social Business, qui soutient le développement d’entreprises sociales, Leila Charfi a participé à une initiative en concordance avec les aspirations actuelles des Tunisiens.

“L’entrepreneuriat social est une solution adéquate pour créer une dynamique économique inclusive pérenne, avec un grand potentiel de développement, nécessaire à la Tunisie de demain”, déclaré à cette occasion Leila Charfi, avant d’ajouter : “On a créé le premier fond d’investissement pour social Business en Tunisie. Il s’agit d’un fond tunisien qui cible les entreprises sociales tunisiennes et l’idée est de les booster afin qu’elles puissent se développer et devenir pérennes, dynamiques, tout en ayant plus d’impact social. Ce programme s’adresse surtout aux entreprises existantes qui ont déjà un prototype de service, produit ou projets et qui désirent étendre leur projet”.

La responsable a également précisé que dans une entreprise sociale, il n’y avait pas de notion de dividende et ce, afin que tous les bénéfices  «soient réinjectés dans l’entreprise afin que celle-ci puisse développer ses activités et créer encore plus d’impact».

«L’année dernière, on est arrivé à 2300 expressions d’intérêt à rejoindre le programme. Seuls 400 entrepreneurs ont pu remplir intégralement le formulaire de candidature. Ensuite, on a pu sélectionner 11 projets, répartis à travers toutes les régions de la Tunisie. Par rapport au secteur d’activité : l’artisanat, l’agriculture, l’élevage, le recyclage environnemental…Cette année, l’idée est d’élargir encore plus les secteurs d’activité à l’instar des nouvelles technologies » a conclut Mme Charfi qui encourage au passage, l’ensemble des entrepreneurs à déposer leur candidature.

Qui est Leila Charfi ?

Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur de l’ENSI Tunisie, Leila Charfi part au Canada pour finir ses études à l’Université d’Ottawa. En 2001, elle décroche son Master of Science en Télécommunications et commence sa carrière à Nortel Networks, dans le développement des stations de relais des réseaux mobiles utilisant la technologie CDMA, technologie mobile comparable au GSM utilisée en Amérique.

En 2004, Leila quitte le Canada pour la France où elle travaille, toujours pour le compte de Nortel Networks, dans le déploiement,en Europe, des premiers réseaux mobiles de 3ème génération.

En 2008, Leila décide de mettre son expérience internationale au service de la Tunisie. Dès son retour, Microsoft lui confie la direction du Microsoft Innovation Center, premier incubateur tunisien privé et son programme phare de parrainage de startups.

Pour la jeune directrice, cette expérience sera édifiante pour la suite de sa carrière.

’’C’était un véritable défi que d’inculquer la culture entrepreneuriale dans un pays où les diplômés cherchent juste à trouver un emploi stable. Il a fallu changer les mentalités mais le succès était au rendez-vous”, confie-t-elle.

En 2012, Microsoft lance l’initiative 4Afrika pour le développement de l’entrepreneuriat en Afrique. Leila Charfi rejoint alors l’équipe du projet pour développer des partenariats avec les hubs et incubateurs africains tels que le iHub au Kenya ou le ccHub au Nigeria.

TEDxCarthage lui donne l’occasion de partager cette expérience à l’occasion de l’édition TEDxWoman organisée en Décembre 2014. Dans son “talk”, qu’elle a nommé AfricaRising, Leila expose les innovations des jeunes startups africaines et le potentiel de développement de l’entrepreneuriat en Afrique.
“Avec l’émergence d’espaces d’incubations et d’organisations telles que AfriLabs qui compte aujourd’hui, 50 incubateurs et espaces de co-working Africains- on assiste au développement foisonnant de startups et de l’innovation technologique”, souligne-t-elle, analysant la situation du continent en plein développement économique.

Une énergie au service de l’art et de la société

Son agenda professionnel très chargé n’empêche pas Leila Charfi d’être également active dans le domaine associatif. Prenant part à plusieurs actions sociales, elle cofonde,en 2011, l’association ‘’tari9i’’pour la promotion de l’esprit d’entreprise et le développement des start-ups dans les régions marginalisées.

Femme accomplie, Leila Charfi possède également un don pour l’art. Les participants au Printemps des Arts 2012 ont d’ailleurs pu admirer son installation artistique ‘’#ebniTounes’’ (“construis la Tunisie”), une création optimiste qui invite les citoyens à se tourner vers l’avenir.

En 2013, elle revient avec « #ebniTounes@Cogite_tn », une œuvre créée pour promouvoir Cogite, premier co-workingspace en Tunisie.

Le tableau a été exposé durant l’évènement culturel “Essmani” et la totalité des bénéfices de sa vente a été versée à l’association du même nom.

Label d’espoir et d’optimisme, le slogan #ebniTounes a été repris par les Global Shapers de Tunisie, pour leur série de conférences-débats organisées autour de la reconstruction de la Tunisie.

A propos de YunusSocial Business

Le Social Business est une entreprise créée dans un but social, où les coûts sont couverts par les revenus qu’elle génère, à l’image d’une entreprise standard.

Le soutien des entreprises sociales de YSB Tunisie se traduit par le programme iBDA,accélérateur d’entreprises et par un programme de financement à travers un fonds d’investissement Social Business Fund créé en Tunisie.

Le programme d’accélérateur iBDAcomprend des workshops, un support personnalisé assuré par des consultants internationaux, des sessions de travail avec des mentors et experts et une mise en relation avec des partenaires et des clients potentiels.

iBDA en est à sa 2ème édition, en partenariat avec la Banque Africaine de Développement (BAD), Robert Bosch Stiftung, Mazars, Yale World Fellows et JWT et avec la collaboration de la BFPME, l’APII, Souk Attanmia, Mercy Corps, EFE Tunisie, Réseau Entreprendre et WES.

Un appel à candidature pour bénéficier de ce programme de 3 mois est en cours et se poursuit jusqu’au 22 mars 2015.

A lire :

Accélérateur d’entreprises sociales iBDA : Un financement compris entre 100.000 et 600.000 dinars pour votre projet

S.B.N

Print Friendly

Plus :  A la une   Emploi   Ness   TopNews






  • Envoyer