Tunisie : 96%, c’est le taux de participation à la grève des instituteurs

Le taux de participation à la première journée de la grève générale des instituteurs a dépassé, mardi à midi, 96%, selon Mohamed Halim, membre du Syndicat général de l’enseignement de base, relevant de l’Union générale tunisienne de travail (UGTT).

greve-enseigants-di

Ce taux diffère, légèrement, d’une région à une autre, a-t-il dit, faisant savoir que le taux le plus faible a été enregistré à Sousse (90,7%) et le plus élevé à Gafsa et Sidi Bouzid (97%).

Le responsable syndical a fait part de son étonnement de l’absence d’initiatives de la part du gouvernement dans le sens de la satisfaction des revendications des enseignants et en vue de mettre fin au désaccord entre les parties syndicale et administrative.

Il a fait savoir que, c’est pour la première fois dans l’histoire de l’UGTT, qu’un préavis de grève n’est pas suivi d’un appel à la négociation, ce qui dénote, a-t-il dit, d’un manque de sérieux de la part de l’autorité de tutelle dans le traitement des problèmes dont souffre le secteur et dans la satisfaction des revendications syndicales.

Concernant les mesures d’escalade envisagées si les revendications du secteur demeurent insatisfaites, Halim a indiqué que la commission administrative sectorielle se réunira le 29 mai 2015 pour fixer les formalités de la grève administrative qui comprend le boycott des examens du troisième trimestre.

Le responsable syndical a indiqué que la décision gouvernementale relative au prélèvement des jours de grève sur les salaires ne s’applique pas au secteur de l’enseignement puisque les instituteurs sont tenus à terminer le programme scolaire et leur rendement n’est pas évalué en fonction du travail effectué, affirmant, toutefois, que “ces menaces ne parviendront pas à dissuader les instituteurs de poursuivre leur mouvement de protestation”.

Les instituteurs, en grève les 26, 27 et 28 mai 2015, revendiquent, notamment, l’application des accords convenus, précédemment, l’examen du dossier des promotions professionnelles au titre de 2013, 2014 et 2015, l’attribution de la prime de travail en zone rurale et l’amendement du statut particulier des enseignants.

Ils réclament, également, de bénéficier d’une prime spécifique ainsi que de nouvelles promotions similaires à celles attribuées aux enseignants du secondaire.

Print Friendly

Plus :  Actu   Ness   News






  • Envoyer