Orange Tunisie se mobilise en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes

Orange Tunisie, en collaboration avec ONU Femmes Tunisie, s’est mobilisé durant les 16 jours de la Campagne internationale des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles – qui se déroule du 25 novembre (Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’encontre des femmes) au 10 décembre (Journée internationale des droits de l’Homme).

orange-tunisie-onu-femmes-violences

Pour rappel, cette campagne met en exergue le lien entre violences faites aux femmes et droits humains afin de souligner que les violences fondées sur le genre constituent une atteinte aux droits humains des femmes et une entrave à leur sécurité.

L’opérateur a ainsi adressé des services de messages courts de sensibilisation à ses collaborateurs et ses clients sur les violences faites aux femmes et filles, organisé en interne des séances d’information et diffusé des bannières web sur les sites d’informations de ses différents partenaires médias.

Orange Tunisie a également soutenu l’initiative d’ONU Femmes Tunisie qui a organisé une journée de sensibilisation sur les violences à l’égard des femmes et des filles, samedi 5 décembre au Centre Culturel d’El Menzah 6, en invitant ses collaborateurs et ses clients à y participer.

orange-tunisie-onu-femmes-violences-2015

Et c’est mardi 8 décembre que l’implication active d’Orange Tunisie dans la campagne s’est achevée par l’organisation d’une rencontre-débat au siège social pour faire l’état des lieux de la question des violences contre les femmes et les filles avec trois invitées de marque: Emma Hassairi, militante féministe et membre du Bureau directeur de l’Association tunisienne des femmes démocrates, Khedija El Madani, avocate des droits de l’Homme et lauréate du Prix Women for Change 2015, et Héla Skhiri, chargée de Programme national pour ONU Femmes Tunisie…, et en présence d’un public de journalistes et collaborateurs d’Orange Tunisie… en grande majorité des femmes!

A l’issue de cette matinée:

Emma Hassairi a déclaré : «L’étude nationale sur la violence à l’encontre des femmes (ONFP, 2010) a montré que, dans sa vie, 1 femme sur 2 a été victime d’une forme de violence. La Constitution tunisienne de 2014 stipule dans l’article 46 que l’Etat doit protéger les femmes contre les violences et mettre en œuvre les mécanismes pour lutter contre ces violences. Un projet de loi intégrale contre les violences faites aux femmes devrait être présenté à l’ARP le 8 mars 2016. Une loi intégrale comporte en principe 4 axes: la prévention, la protection des femmes, la sanction des auteurs et la réhabilitation. L’adoption d’une loi intégrale contre les violences témoignera de l’engagement de l’Etat à construire une société soucieuse des droits des femmes, de leur dignité, ayant la volonté d’établir la justice sociale».

Khedija El Madani a affirmé que «la violence contre les femmes est multiforme et les différentes formes de violence sont perméables et imbriquées les unes dans les autres. Et c’est la violence conjugale qui, malheureusement, regroupe les différentes sortes de violence. Comment lutter contre ce phénomène? Par la loi, bien-sûr. La constitution de 2014 stigmatise la violence contre les femmes. Mais le plus important, c’est d’agir sur les mentalités: par l’éducation, dès le jardin d’enfants, par les médias, par le CULTUREL. Vigilance et union de toutes et tous sont plus que jamais nécessaires».

Héla Skhiri a souligné que « la violence à l’encontre des femmes et des filles est parmi les violations des droits humains les plus tolérées. Comme l’a souligné la Directrice exécutive d’ONU Femmes, la violence est évitable. En Tunisie, ONU Femmes soutient les institutions du gouvernement et la société civile pour la mise en place de services adéquats pour les femmes et les filles».

Asma Ennaifer, directrice des Relations extérieures, de la RSE et de l’innovation chez Orange Tunisie, a fait remarquer que «Orange Tunisie, entreprise responsable, humaine et solidaire, a fait des droits des femmes, de l’autonomisation des femmes -notamment en milieu rural- par et grâce au numérique, l’un des piliers de sa stratégie RSE et de l’égalité professionnelle femmes-hommes l’une de ses priorités. Pour 2016, nous réaffirmons nos engagements en la matière, notamment auprès du Pacte mondial des Nations unies, dont nous sommes signataires depuis 2012… C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de nous engager auprès d’ONU Femmes Tunisie pour soutenir la Campagne internationale des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles».

Communiqué

Print Friendly

Plus :  Actu   Ness   TopNews






  • Envoyer