Le film tunisien “VHS Kahloucha” projeté dans les Journées Cinématographiques Dionysiennes

Le film tunisien “VHS Kahloucha” de Néjib Belkadhi sera projeté devant le public en présence du réalisateur dans le cadre de la 17ème édition des Journées Cinématographiques Dionysiennes (Saint-Denis, France), qui se tiendra du 22 au 28 février 2017. Le long_métrage comique tunisien a été choisi parmi plus de 60 oeuvres de différents pays.

Le Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient a sélectionné deux comédies : “VHS Kahloucha”, premier long-métrage qui dresse en creux le portrait d’une société tunisienne pleine de tensions et de contradictions et célèbre avec humour les pouvoirs du cinéma.

Le deuxièmes film est la comédie romantique saoudienne “Barakah Meets Barakah”, de Mahmoud Sabagh, un long métrage qui sera présenté en avant-première (retenu dans la Sélection officielle -Forum” du Festival de Berlin 2016 et à la Compétition officielle – 1ère oeuvre – JCC 2016).

“VHS Kahloucha” est un film documentaire réalisé en 2006 et qui a remporté un large écho depuis sa sortie en Tunisie en 2007. Il a récolté une série de distinctions dont le prix des Médiathèques CVS au festival international du cinéma de Marseille 2006. Il a été diffusé pour la première fois sur la chaine Arte en 2007. Dans ce film, le réalisateur suit le tournage d’un film amateur qui est l’œuvre de Moncef Kahloucha, peintre en bâtiment tunisien et fan de films de genre des années 1970.

Il produit en amateur et sort en VHS des des remakes de classiques du cinéma dans lequel il joue le rôle principal aux côtés des habitants du quartier populaire de Kazmet à Sousse. Il produit ses films, les monte et les tournages sont l’occasion pour les habitants désargentés de son quartier d’échapper à leur quotidien morose et de vivre des instants intenses, de la préparation jusqu’à la projection dans le café du coin (synopsis).

Il est à noter que les JCD proposent un tour du monde du rire, de l’humour belge au comique japonais, du rire russe aux réjouissances béninoises, de la comédie à l’italienne à l’iranienne, en passant par la Tunisie et jusqu’à la première comédie en provenance d’Arabie Saoudite avec en tout, plus de 60 films – classiques, inédits et avant-premières – des pionniers (Charlie Chaplin, Leo McCarey) aux nouveaux territoires du rire (Quentin Dupieux, Matt Piedmont ou Maren Ade)…

Tekiano avec TAP

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Cinema   Kult   News






  • Envoyer