Médias > Actu

Tunisie : Abracadabra ! Les chaines cryptées les voilà !

© tekiano.com | Lundi, 16 Mars 2009 01:00 | Mots clés : abracadabra chaines numériques bouquet satellitaire firmware hotbird nilesat

Des chaînes pour adultes, des bouquets satellitaires payants, deviennent « gratuits » en toute illégalité. Les Tunisiens connaissent la formule magique, la clé qui déverrouille les codes les plus récalcitrants (enfin presque) : Abracadabra !

La carte Abracadabra permet d’ouvrir les bouquets « Al awa’el » (sur Nilesat) et Arabesque (sur Hotbird) de la société ART (Arab Radio and Television), plus les bouquets : Showtime et Orbit (bouquets arabo anglais), Al Jazeera Sport, Digi TV (Roumanie), Premiere (bouquet allemand sur le satellite Astra), Absat (bouquet français sur Hotbird) et pour terminer, les plus grands bouquets de films… pour adultes (parents, attention à vos enfants) ! Ce qui n’a pas l’heur de plaire aux représentants de ces bouquets en Tunisie…

Il n’empêche. A Tunis, la carte Abracadabra est bien évidement disponible au paradis du piratage et de la contrefaçon, au Souk Moncef Bey. Pour à peine 35 DT, elle est à vous. C’est dire que la guéguerre entre bouquets satellitaires et hackers n’est pas près d’être terminée.

A une époque (aujourd’hui révolue), pour regarder les chaines du défunt bouquet de télé français TPS, il fallait acheter une carte à puce et l’insérer dans le lecteur des récepteurs numériques. Mais les temps ont changé, et une deuxième génération d’appareils a vu le jour. La spécificité de ces récepteurs de deuxième génération, c’est qu’ils intègrent un module de décryptage. Plus besoin de cartes. Pour regarder les chaines à péage, il suffit de les « patcher », c'est-à-dire programmer le récepteur de telle sorte à lire le code de tel ou tel bouquet. Mieux : quand les chaînes développent un nouveau code de cryptage, ces appareils « intelligents » le trouvent en quelques secondes. Mais…

Combat épique

Le combat entre ces pirates des ténèbres numériques et les bouquets des chaines cryptés est devenu épique.  Au point que ces derniers ont dépensé énormément d’argent pour sophistiquer leur système de cryptage et barrer la route aux hackers. Du coup, ces récepteurs que l’on a crus si intelligents, n’arrivaient plus à suivre. Et même le système de « patchage » n’avait plus d’effet. Plusieurs bouquets comme Digital + (espagnol) et CanalSat n’étaient simplement plus accessibles. Allait-on en rester là ? C’est méconnaitre l’ingéniosité des pirates (d’ici et d’ailleurs) !
Un mode de contournement a été trouvé : le sharing (voir notre article sur le sujet). Et les flibustiers des temps modernes ont plus d’un tour dans leur sac ! En effet, la dernière de leurs trouvailles : la carte « Abracadabra »  a commencé à être commercialisée en Tunisie dès la fin de l’été dernier.

Cette carte à puce, a priori ordinaire, est compatible avec la famille des récepteurs Echolink (StarSat, FTE, Samsat et Digiclass) ainsi qu’avec toutes les classes de processeurs qui y sont intégrés. Encore faut-il que le récepteur ait un lecteur de carte embarqué pour pouvoir y mettre la formule magique encartée : Abracadabra ! A noter que ces récepteurs coûtent entre 70 à 100 dinars, soit à peine une trentaine de dinars de plus par rapport à leurs homologues « Free To Air » (FTA), sans lecteur de cartes. 

Nouveaux codes illisbles

Mais les bouquets de télévision contre-attaquent. Certains d’entre eux produisent de nouveaux codes illisibles même pour l’Abracadabra.  Ce qui neutralise la carte pendant une heure ou deux, avant que tout ne revienne dans l’ordre. Toutefois, il est possible que le « blackout » perdure. Dans ce cas, et pour que cette carte puisse décrypter les chaînes convoitées, il faut « patcher »  le récepteur pour lui transmettre le nouveau code. Pour cela, il faudra relier l’appareil à un PC par un câble série et utiliser un logiciel spécifique pour transmettre le nouveau firmware (et/ou les nouveaux codes) au récepteur. Généralement, ce genre de logiciels sont téléchargeables gratuitement sur le site du constructeur de du récepteur. Une fois que la mise jour est faite, il faudra patienter quelques instants (quelques secondes à une dizaine de minutes) pour regarder de nouveau les chaînes cryptées tant désirées… en toute illégalité.

Welid Naffati