Ness > Actu

Tunisie : Leila, son cuisinier, et les 3akkod de Ben Ali

© tekiano.com | Mercredi, 16 Février 2011 07:01 | Mots clés : Zaba ben ali Leila trabelsi facebook youtube 3akodd Abdel aziz Ben dhia Hamza Bouallègue

 

Leila demandait expressément à son cuisinier personnel de préparer à son mari, son plat d’Akodd quotidien. Grâce à ce stratagème, Zaba écoutait les paroles de Leila la nuit, et celles d’Abdel Aziz Ben Dhia le jour. Une version qu’Al Quds el Arabi a vite repris à son compte !


Quelle est la méthode qu’utilisait Leila Trabelsi pour tenir Zaba à sa merci ? Il s’agit sans doute de l’un des plus  énigmatiques questions que les tunisiens  ne cesseront jamais de se poser ! La plupart d’entre vous rétorqueraient que c’est l’amour. Sauf qu’il ne s’agit guère du genre de Leila qui selon certaines, n’y est pas allé par quatre chemins pour envouter Zaba. Comment ? En lui concoctant une cuisine aphrodisiaque à base d’Akodd (organes génitaux) du mouton…

 

C’est ce que laisse présupposer une séquence vidéo (qui est en réalité une parodie) circulant en ce moment sur les deux portails Facebook et Twitter. On y perçoit  un jeune homme se nommant Hamza Bouallègue et qui prétend être l’ancien cuisinier de Zaba. Il nous révèle le principal secret des recettes qui se tramaient dans le palais de Carthage. On y apprend ainsi que Leila le forçait à cuisiner tous les jours à l’ancien président, un plat d’Akodd de moutons préparés selon une ancienne recette russe, afin  d’accroitre sa virilité présidentielle. «Grâce à ce stratagème, Zaba écoutait les paroles de Leila la nuit, et celles d’Abdel Aziz Ben Dhia le jour» dixit Hamza avant d’ajouter «Cette cuisine figure donc sur la liste des responsables de la crise tunisienne. Que le peuple tunisien pardonne mes actes».

Bien qu’il ne s’agisse que d’une parodie, il semblerait pourtant que ces propos concordent (à moins qu’ils n’aient été pris au sérieux Sic !) par un grand journal quotidien arabe. En effet, ce n’est ni plus, ni moins qu’Al Quds al Arabi qui révèle, dans l’un de ses articles (où il traite notamment de documents  secrets retrouvés après la Révolution Tunisienne) que Leila demandait explicitement à son cuisinier personnel de préparer à son mari, ledit plat d’Akodd… mais à base de condiments chinois cette fois-ci !


Car il est bien connu que pour redonner confiance à un homme, mieux vaut lui faire croire qu’il est doté d’attributs conséquents et qui plus est, en pleine forme ! Et ca, Leila «Gin» a fini par le comprendre, grâce à sa longue expérience dans les affaires de basse-cuisine !

 

S.B.N