Ness > Politik

Tunisie : Marsad.tn, un œil vif sur l’Assemblée Constituante

© tekiano.com | Mercredi, 29 Août 2012 11:00 | Mots clés : Marsad ANC Amira Yahyaoui Sélim Kharrat

 

Savoir tout sur l'Assemblée Nationale Constituante (ANC) dans les moindres détails. C'est l'objectif d'Amira Yahyaoui et Sélim Kharrat, deux militants à la tête du projet Marsad.tn, un observatoire de l'ANC lancé par l'organisation non-gouvernementale Al Bawsala.

Marsad.tn a été lancé il y a près de 4 mois, quel bilan faites-vous, y-a-il plus de transparence aujourd'hui ?

selimkharrat-290812Sélim: Le bilan est mitigé. La publication des votes sur le limogeage de Mustafa Kamel Nabli a permis d'élargir le public qui sollicite Marsad.tn. Mais ce que l'on a constaté, c'est que suite à cela, on nous a rendu plus difficile l'accès à l'ANC et aux informations, notamment en arrêtant de diffuser les résultats détaillés des votes...

Amira: Après quelques mois, nous avons eu beaucoup d'élus qui nous ont soutenus en nous envoyant des informations, des documents sur les travaux au jour le jour à l'Assemblée. Certains d'entre eux font ça sans demander aucune contrepartie et ce serait bien que tous les députés fassent de même. Nous sommes encore confrontés à une assemblée opaque malgré quelques élus transparents.

Certains élus ont reproché au site le fait qu'il ne soit pas « officiel » et qu'il existe déjà le site de l'ANC pour se procurer ces informations...

amira-yahyaoui-290812Amira: Justement, depuis le début nous faisons, en partie, le travail de l'Assemblée car aujourd'hui personne ne peut attendre une semaine ou deux semaines pour savoir qui a voté quoi sur tel article ou tel projet. Publier les documents comme les rapports des commissions ou la traçabilité des votes ne devrait pas être de notre ressort. Or nous le faisons car sinon, personne ne le fait.

A l'Assemblée, on justifie souvent la lenteur de publication des informations par le manque de « moyens humains » ou le protocole administratif à respecter.

Amira : Le problème reste le même, les Tunisiens ne peuvent pas rester dans l'attente surtout quand on annonce des élections prochainement ou que l'on débat sur des articles à huit clos, sans en informer le grand public. Nous avons beaucoup discuté avec le groupe OpenGov sur cette question et nous avons ensemble contacté les représentants de l'Assemblée. Cependant rien de concret n'a été réellement fait. Nous avons proposé de donner le site de Marsad.tn à l'Assemblée et de mettre à leur disposition une équipe de bénévoles pour travailler ensemble. L'offre a été refusée. De notre côté, elle tient toujours. Pour moi, le problème actuel c'est que certains élus se sentent en compétition avec la société civile. C'est pour cela qu'ils perçoivent plus une menace dans cette revendication d'accès à l'information qui est pourtant un droit.

Pensez-vous que les députés soient aujourd'hui réellement pour la transparence ou qu'ils jouent à être transparents ?

Sélim : On ne peut pas parler de black-out de leur part, mais on constate un manque de culture de la transparence. Il y a aussi un problème d'ego au sein de l'assemblée. Certains députés partent de l'acquis des résultats aux élections en affirmant «J'ai été élu donc on doit me faire confiance». Or, la confiance, on ne la donne pas comme un chèque en blanc. Le citoyen tunisien a le droit de demander des comptes. Si des députés ont du mal à être transparents, il faut qu'ils sachent que les Tunisiens ont aussi du mal à faire confiance après 50 ans de dictature.

Amira : Il y a aujourd'hui une certaine mentalité de méfiance et de concurrence de la part de certains élus qui pensent que l'on est là pour court-circuiter le travail de l'Assemblée. Cela mène à un certain sabotage, on ne donne pas aux journalistes les rapports avec les détails des votes ou des absents par exemple. Et nous-mêmes, la dernière fois que nous avons été à l'ANC, on a du se faire escorter par des élus pour pouvoir y entrer. Or, nous ne sommes pas là pour faire obstacle à l'ANC mais pour faire pression et dire qu'il y a des citoyens derrière, des experts, des spécialistes du droit constitutionnel, des journalistes, et la société civile qui attendent avec impatience ces travaux pour pouvoir les lire et les analyser.

 

Propos recueillis par Lilia Blaise

Lire aussi :

Tunisie : Amira Yahyaoui, une vie d'activiste

Tunisie - OpenGov : Mustapha Ben Jaafer rassure