Salakta-Mahdia : un requin blanc de plus d’une tonne et de 4m de long pêché sur les côtes

 

En Tunisie, en octobre, on ne s’ennuie presque jamais, notre quotidien ressemble à une PS4 ou à un coffret DVD à la joie des cinéphiles, avec un contenu tellement varié qu’il peut absolument satisfaire et plaire à tous les goûts !

Après les «Street Fighters» et «Mortal Combat» du côté de Chaanbi, Kasserine et Sidi Bouzid, les «vidéos gag» qu’on suit presque au quotidien à l’ANC et sur la scène politique en général, voilà que maintenant une série de «thrillers» prend place du côté du Sahel, commençant par les secousses séismiques ressenties à Monastir les 18 et 19 octobres 2013 qui ont semé la peur chez les habitants de la région, mais aussi une étrange et rare trouvaille faite par un pêcheur de la ville de Salakta, dans le gouvernorat de Mahdia pendant le même week-end, un scénario à la «Spielberg» qui fait allusion aux «dents de la mer».

Blague à part, le requin rodait à 7 mètres de la plage où se baignent habituellement les habitants de la région, ce qui représente un grand danger pour les pêcheurs également.

requin-salakta

Le chanceux pêcheur a eu la possibilité de capturer ce requin blanc qui pèse prés de 2 tonnes et mesure prés de 5 mètres de long. Et qui a été aussitôt vendu, selon l’un des pêcheurs de la même région pour 3.500 dinars, alors que son prix réel pourrait dépasser les 10 mille dinars.

Depuis 1998 et dans la Méditerranée, pas moins de 51 espèces de squales ont été observées: requins bleus, makos, renard, roussette et grands requins blancs, l’une des trois espèces les plus dangereuses au monde, selon Nicolas Ziani, biologiste et membre du groupe d’étude des requins de Méditerranée.

«Il y a eu, depuis le Moyen-Age, 600 observations de requin blanc. Sur cette période, il y a 110 attaques connues», précise-t-il dans le journal 20minutes.fr. «Potentiellement, ils sont dangereux. Mais le requin blanc n’est pas le tueur sanguinaire qu’on montre dans les Dents de la mer. C’est une espèce assez timide, des migrateurs seulement de passage qui restent loin des côtes. Il n’y a donc pas de risque spécifique pour l’homme», assure le spécialiste, fondateur en 2006 d’Ailerons, association d’étude et de protection des requins et des raies de la Méditerranée, dans la même source.

Le requin blanc fait partie des espèces migratrices en danger d’extinction. Chercheurs et associations se soucient de sa protection. d’ailleurs ,même que les autorités australiennes annonçaient, jeudi 27 septembre, selon le monde.fr, que les grands requins blancs s’approchant trop près des plages de la côte occidentale pourraient désormais être capturés et tués de façon préventive, les représentants des gouvernements de 50 pays -parmi lesquels l’Australie- se réunissaient à Bonn (Allemagne) pour signer un Mémorandum d’entente sur la conservation des requins migrateurs.

Vidéo :

{Facebook}598791573515380{/Facebook} 

 

A.A

Print Friendly

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer