Facebook clarifie sa politique de censure des contenus

Le réseau social Facebook a clarifié lundi ses règles sur ce qu’il est convenable de poster, sur des sujets sensibles comme la violence, les discours haineux ou encore l’apologie du terrorisme.

legacy-contact-facebook

Cette clarification de la politique éditoriale intervient dans un contexte où Facebook et le reste des réseaux sociaux doivent jongler entre la préservation de la liberté d’expression et la lutte contre les discours radicaux, notamment ceux qui font l?apologie des groupes jihadistes comme l’organisation Etat islamique.

Selon les nouvelles directives mises en ligne, Facebook a notamment indiqué qu’il n’autorisait plus la présence de groupes qui font l’apologie « d’activités terroristes, d’organisations criminelles ou qui promeuvent la haine ».

Toujours sur le terrorisme, le groupe a ajouté qu’il ne tolèrerait pas « de soutenir ou faire l’apologie des responsables de ces organisations, ou même d’excuser leurs actes violents », en relayant leurs propos ou leurs vidéos.

Les vidéos d’exécutions d’otages ont souvent été partagées sur la toile par les soutiens de l’EI.

Sur son blog officiel, Facebook a également dit qu’il retirerait « les images explicites quand elles sont partagées par sadisme ou pour glorifier la violence ».

« Ces normes sont conçues pour créer un environnement où l’on se sent motivé et encouragé à traiter les autres avec empathie et respect », ont écrit la responsable de la politique éditoriale du groupe, Monika Bickert, ainsi que le conseiller général adjoint Chris Sonderby.

« Tandis que notre politique et nos normes restaient inchangées, nous avons senti la demande des utilisateurs pour plus de clarté et d’exemples et c’est ce que nous faisons avec cette mise à jour aujourd’hui ».

« Vrai nom » sur Facebook

Nouveauté: la nudité est désormais également bannie de Facebook, sauf pour des images d’allaitement, d’art ou des photos médicales.

Les utilisateurs devront également utiliser leur « vrai nom », une demande impopulaire qui devrait notamment s’attirer les foudres de ceux qui utilisent des noms de scène.

Le réseau social se réserve le droit d’effacer les contenus et de fermer les comptes lorsqu’il considère qu’il y a « une véritable menace physique ou un risque direct pour la sécurité publique ».

Facebook avait déjà indiqué plus tôt dans l’année mettre des avertissements sur les « contenus explicites ».

Il a toutefois nuancé en précisant que « quelque chose qui peut vous sembler désagréable ou vous déranger n’enfreint pas forcément nos normes ».

Le nombre de contenus bloqués car ils enfreignent la loi du pays a par ailleurs bondi de 11%, passant de 8.774 à 9.707 cas.

Source AFP

Print Friendly

Plus :  Actu   Net   Tek   TopNews






  • Envoyer