Sorti d’un nouveau recueil de 22 poèmes d’Abu Al-Kacim Chebbi traduit en Espagnol par Ridha Mami

Le poète et académicien Ridha Mami va éditer un recueil de poésie en Espagnol intitulé “Abou Al-Kacim Chebbi, poète de l’amour et de la révolution”, d’après une traduction de la poésie de Abu-Al Kacim Chebbi. Le recueil, adaptation de l’oeuvre du poète tunisien disparu, va paraître prochainement aux éditions Sial (Espagne).

recueil-abou-kacem-espagnol
Cette oeuvre littéraire est une adaptation d’une grande partie de l’héritage de Chebbi, poète tunisien d’expression arabe natif du sud tunisien ayant vécu entre 1909 et 1934. Elle contient une préface critique de 25 pages dans laquelle l’auteur présente les thèmes de son recueil et identifie la relation de Chebbi avec la littérature orientale et occidentale aussi bien que celle de la diaspora, ainsi que le romantisme dans la poésie du grand poète disparu.

La traduction repose sur quatre axes fondamentaux du recueil “Aghani al-Hayat” (Les chants de la vie, paru en 1955), autour de “l’amour et la femme”, “la rébellion et la révolution”, “la mort”, et “la nature et la vie”, en passant par la symbolique dans la poésie de Chebbi, annonce Ridha Mami dans un entretien accordé à l’agence TAP.

Vingt deux (22) poèmes sont traduits dans ce recueil, pour ne citer que “O Amour”, “La Belle Tunisie”, “Le Prophète méconnu”, “La volonté de vivre”, “Prières au temple de l’amour”, “Le Cœur du poète”, “Aux tyrans du monde”, “Le Chant du tonnerre”, “Poésie”, “O mon frère” et bien d’autres.
recueil-abou-kacem-espagnol-traduction-ridha-mami
Evoquant le choix des poèmes et toutes les vérifications ayant précédées la traduction de son recueil, Mami a notamment exprimé sa gratitude pour l’aide trouvée auprès de ses collègues universitaires spécialistes en littérature arabe, à savoir Mabrouk Manai, Chokri Mabkhout et Adel Kheder.

Au total, huit-cent (800) vers ont été traduits, l’équivalent de mille cinq cent (1500) vers en Espagnol, souligne l’auteur du recueil dont la réalisation a nécessité “près de trois ans et demi et la date de parachèvement a coïncidé avec la commémoration du 82ème anniversaire de la mort de Chebbi”.

Le recueil devra être présenté en avant-première le 14 novembre prochain au siège des archives du ministère espagnol de la Culture à Madrid, un espace d’hommages aux créateurs. La sortie nationale du recueil est prévue pour le mois de décembre prochain, en concomitance avec les rencontres tuniso-espagnoles des penseurs et écrivains.

Le recueil devra par la suite être présenté dans différents salons et foires du livre en Espagne, notamment à la Foire internationale du livre de Madrid (Feria Llibro Madrid – FLM) qui se tient chaque printemps sur 17 jours, entre les mois de mai et juin. Il sera également invité dans d’autres Salons du livre dans les pays d’Amérique Latine parlant l’Espagnol, dont l’Argentine, la Colombie et le Mexique.

Ce nouveau recueil ouvrira la voie pour la littérature de Chebbi qui devra “être introduite dans le manuel d’enseignement de la littérature arabe contemporaine, des universités et facultés espagnoles et constituera, et constituer ainsi un support pour les départements de traductions dans ces institutions, annonce l’auteur.

Il se dit très honoré de cet exploit qui s’ajoute à la bibliothèque mondiale et aide à faire connaitre cette sommité de la Littérature tunisienne auprès des intellectuels espagnols et ceux des pays hispanophones de l’Amérique latine.

Ce recueil constitue une première dans la traduction de la poésie de Chebbi en Espagnol, qui jusque là se limitait à une sélection de citations de poèmes publiés dans des articles et études académiques, estime Mami.

L’auteur relève “la difficulté de traduire et transmettre l’âme, l’éloquence de la poésie et les images poétiques qu’elle renferme”, sachant que l’oeuvre de Chebbi avait déjà fait l’objet de traductions en Anglais, Chinois, Français et Russe.

ridha-mami
Cet académicien porté par la littérature et la civilisation espagnoles est l’auteur de plusieurs textes de la littérature espagnole vers la Langue arabe, faisant ainsi un pont qui relie la littérature tunisienne à celle espagnole par la transmission de l’une des oeuvres précieuses de la littérature arabe et tunisienne en particulier, une démarche qui rentre dans le droit fil de l’ouverture culturelle et la promotion du patrimoine littéraire national.

Professeur de la Langue et de la littérature espagnole à l’Université de La Manouba, Mami avertit sur l’importance de la Traduction en tant que “maillon de l’échange intercivilisationnel”, exprimant “sa conviction de voir un jour une littérature mondialisée”.

A cet effet, il avoue que la traduction de la poésie de Chebbi est “un rêve qui se réalise”, car il s’agit d’une idée vieille de 25 ans, alors étudiant en Espagne où il avait eu l’opportunité de s’enquérir d’autres traductions faites par des poètes étrangers.

Il estime que ce n’est pas un hasard de traduire l’oeuvre de Chebbi puisque ce recueil est le fruit d’une “longue réflexion et une étude attentive de sa poésie riche en sens, styles et images qui ramènent le lecteur vers un monde imaginaire et magique où se rallient les dissonances et se fusionnent les contradictions”.

D’après lui, bien que datant du début du 20ème siècle, la poésie de Chebbi, l’un des pionniers de la poésie arabe moderne suscite toujours “ébahissement et fascination”, surtout que ce pionnier de la poésie arabe moderne est “un prolongement du courant romantique qui a pleinement réussi à fusionner entre l’amour et la révolution, la beauté de la vie et l’amertume de la mort et dont les métaphores et connotations ont réussi à placer la femme au rang de déesse.”

Natif de 1964 à Sousse, Mami est titulaire d’une licence en langue et littérature espagnoles de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, avant de rejoindre l’université Complutense de Madrid (Universidad Complutense de Madrid) où il a obtenu un diplôme de Doctorat.

Depuis 1990, Mami enseigne la Langue et littérature espagnoles à la faculté de la Manouba ce qui l’habilite à être reconnu comme l’une des compétences tunisiennes spécialistes dans cette langue qui est notamment titulaire du prix littéraire international espagnol “Gustavo Adolfo Bécquer”.

Ridha Mami allie entre enseignement et recherche puisqu’il est auteur de 35 articles et de plusieurs études sur la linguistique et le lexique des termes publiés dans son livre “le manuscrit mauresque” et a également co-traduit le recueil de José Maria Paz Gago, Guide de séduction des princesses.

“Mes Lunes”, “Lunes et printemps” et “Lunes d’Automne” sont les trois recueils de poésie en Espagnol, de l’auteur qui ont tous étaient traduits en langue Arabe.

Ridha Mami est président de l’Association tunisienne des diplômés en langue et littérature espagnoles et membre de l’association internationale des hispanisants et secrétaire général de l’association des hispanisants arabes.

Tekiano avec TAP

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu   Kult   TopNews






  • Envoyer