Business & Decision et Institut de Dauphine : Ce que peut apporter le Big Data peut améliorer le secteur de l’assurance en Tunisie ?

“Assurer votre Business avec l’exploitation de la Data”, était le thème principal de la Matinale dédiée au secteur de l’assurance qui s’est déroulée le mercredi 2 novembre à Tunis. Cette conférence, organisée conjointement par l’université Paris-Dauphine et le groupe Business & Decision, aura permis de répondre à bon nombre de questions pertinentes, concernant le secteur de l’assurance en Tunisie, ainsi que les avantages du recours au Big Data en termes d’optimisation des processus métier et de la pertinence quant à l’utilisation des systèmes d’information.

businessdecision

Plusieurs intervenants étaient présents à cette table ronde,  à l’instar de Yazid Sellaouti DGA de Lloyd ; Hafedh Gharbi Président du CGA ; Charles–Antoine Roger Directeur de l’activité retraite et international de Mercer France ; Michael Deheneffe Directeur Conseil & Innovation B&D;  Mohamed Bessa, Directeur Conseil & Innovation B&D Tunisie , Amina Bouzguenda-Zeghal, Directrice générale de l’Institut Dauphine et Neila Benzina – Directrice générale de B&D Tunisie.

Des lacunes au niveau des données client en Tunisie

Cette matinale a été une l’occasion d’avoir un regard croisé entre le monde de la recherche et le monde professionnel sur les modes de collecte de données (GetDATA ),  les méthodes d’exploitation des données pour améliorer le ROI des assurances (Data for business ) et ces nombreuses utilisations ( use data)  pour faire mieux,  faire plus, faire juste et innover dans un business en profonde mutation.

bd2

C’est d’ailleurs dans cette perspective, que plusieurs questions ont été abordées comme les faiblesses des données clients au niveau des assureurs auto tunisiens.

« On possède finalement très peu de données concernant l’assuré lui-même à l’inverse du véhicule (âge, sexe, statut marital, fonction…)» a souligné dans ce sens Yazid Sellaouti DGA de Lloyd en précisant que « Ce type d’informations pourraient être capitales au niveau de la police d’assurances ».

Il a par ailleurs préconisé, le recours à plusieurs bases de données externes (services des mines, banque centrale, ministères de l’intérieur et des finances…) et proposer ainsi, des offres plus ciblées au consommateur comme des défauts de paiement, des infractions etc. A titre d’exemple, Mr Sellaouati a évoqué le cas des Pays-Bas.qui possèdent un système capable d’identifier en temps réel et à partir d’une simple plaque minéralogique, les informations et l’historique relatifs à un véhicule, l’identité de l’assuré, les cas de fraude, etc.

« Regrouper toutes ces données pourraient ainsi limiter les fraudes à l’assurance, qui sont estimées aujourd’hui à 30%, notamment en sinistres matériels, qui se comptent en centaines de milliers » a ajouté le responsable.

Autre problème : Les incendies des forêts qui, selon Hafedh Gharbi Président du CGA,  «étaient estimées entre un et deux incendies par ans avant la révolution avant de grimper à 24 par an après 2012 causant ainsi un coût de 17 millions de dinars aux assurances ».

Des données client disponibles partout…

Il a par ailleurs ajouté qu’il faut trouver des leviers de motivation pour que  « l’assuré communique de lui-même ses informations », pour cela il faut que l’assuré y trouve son intérêt. De ce fait, il serait judicieux de la part de l’Etat d’assouplir la législation dans le recueil des données personnelles. « Les assureurs, tout comme les banques devront connaitre l’identité exacte de leur clients et ce, afin de lutter contre le terrorisme et le blanchiment d’argent. »
Ainsi, les assureurs pourront compter sur les données omniprésentes dans notre environnement. En effet, les données sont partout. Dans l’entreprise -pas toujours structurées ni centralisées-, hors de l’entreprise, au niveau des bases de données de plusieurs établissements et même sur les réseaux sociaux…

bd3

C’est d’ailleurs sur ce point qu’a rebondit Michael Deheneffe Directeur Conseil & Innovation B&D en déclarant: « Capter des informations c’est capital. On peut d’ailleurs parler des voitures connectées susceptibles d’enregistrer une série de données afin de les échanger avec des tiers, notamment des assureurs afin d’affiner les tarifications ce qui sera bénéficiaire pour 80% des gens»..

Pour aller plus loin, Mr Deheneffe a donné pour exemple un projet lié à la santé sur la prévention des Burn-out (épuisement professionnel) dans des entreprises françaises. « A partir du croisement de certaines données comme les mouvements des badges entrée/sortie et les méta data sur les e-mails, on a été capables de détecter pas mal de burn-out ! Mais la question réelle est que pouvait-on faire de ces données et jusqu’ou peut-on aller? Comment les utiliser dans le long terme ? Surtout pas les communiquer à l’assuré, encore moins à sa hiérarchie mais essayer d’établir une relation de confiance ».

Autre exemple : Détecter le changement de véhicules chez les assurés, en fonction du changement d’emploi « Ces informations sont tout simplement disponibles chez Linkedin. A partir de ces informations, l’assureur pourrait par exemple envoyer un mail  au client à une période bien déterminée !».

«Transporter le capital informationnel en un véritable revenu sur investissement»

Pour l’assurance, souvent prisonnière de « l’asymétrie d’information » (méthode de calcul du risque),  cette masse de plus en plus importante d’informations modifie en profondeur les métiers de gestion de risques, la tarification, l’assurabilité, mais aussi l’organisation des métiers et des entreprises.

Les assurances santé, également mis en  avant lors de cette table ronde, s’activent dans ce sens :   « On utilise le BigDdata depuis plusieurs années dans ce secteur pour comparer les dépenses réelles de santé avec le comportement des assurés sur les canaux digitaux (internes et externes à l’entreprise) ». L’exploitation du Big Data, en mutualisant les bases de données entre les différents prestataires de santé, nous permet de mieux comprendre les dépenses de santé des clients, de détecter des environnements propices à certaines maladies, d’avoir une organisation optimale et ainsi de déterminer les offres les mieux adaptées aux profils » a affirmé Charles–Antoine Roger Directeur de l’activité retraite et international de Mercer France .

Les responsables de Business &Decision ont émis un bon nombre de recommandations comme le fait de mettre en place un système de collecte et d’analyse des données, d’avoir une vision à horizon 2030 tout en prévoyant une agilité pour faire face aux changements de l’entreprise (rachat possible, contexte politique etc…).

Par ailleurs l’université Paris-Dauphine en collaboration avec B&D Tunisie et les Compagnies d’assurances proposent de mettre en place au sein même des assureurs, des laboratoires Big Data –Actuariat afin de commencer la démarche et tester en mode ROI, la collecte, l’analyse et l’utilisation des données. Les étudiants futurs data scientist ou data steward, parrainés par BD mettront en place des prototypes afin de «Transformer le capital informationnel en une véritable source de revenus pour les assureurs grâce à des offres segmentées, répondant à des besoins spécifiques».

Samy Ben Naceur

Print Friendly

Plus :  A la une   Net   Tek






  • Envoyer