Tunisie : le numérique fera-t-il le printemps ?

On ne compte plus les manifestations liées à la High Tech, en ce printemps 2009. Et pour cause ! Les TIC sont devenus le moteur de la lutte contre le chômage endémique de nos jeunes diplômés.

En Tunisie, la high tech est désormais au centre du dispositif mis en place pour lutter contre le chômage des diplômés. Les initiatives prises en ce sens pour lutter contre ce fléau social sont nombreuses. Il s’agit d’une part, de renforcer l’attractivité de notre pays pour attirer les investisseurs et autres sociétés internationales spécialisées dans des secteurs à haute valeur ajoutée. Ce n’est pas par hasard qu’une société comme Cisco choisit notre pays pour en faire une plateforme régionale. Le spécialiste mondial des réseaux informatique compte aussi essaimer en aidant les micro-entreprises du secteur, si nombreuses en Tunisie, à fournir des services conformes aux standards internationaux en matière de sécurité, et de fiabilité. Ce faisant, on peut prévoir l’émergence de tels services dans notre pays contribuant à résorber le chômage de nos jeunes diplômés.


C’est dans ce même état d’esprit qu’a eu lieu, le 10 avril, un atelier sur le thème, « la promotion de la Tunisie en destination TIC off shore et near shore dans le domaine du logiciel et de l’ingénierie informatique ». Il s’agit clairement de valoriser l’image de la Tunisie en tant que destination technologique et plate-forme régionale. La directrice générale de l’Agence de promotion de l’Investissement extérieure (FIPA), Mme. Mongia Khemiri a du reste rappelé pour l’occasion que « le nombre d’ingénieurs passera de 3500 à 7000 d’ici 2011 parallèlement à une croissance des infrastructures de l’ordre de 20pc par an et près de 400 000 hectares dédiés au secteur des TIC d’ici 2016 ». Plus de 50 000 de nos étudiants ont choisi des filières liées au multimédia et à la communication.

Toujours dans le même sens, 50 candidats, parmi les diplômés de l’université de la Manouba suivront une formation intensive. Pour une session qui leur permettra de lancer leurs propres projets dans le secteur des technologies de la communication. C’est donc le «Printemps numérique» au campus de la Manouba, entre le 8 et le 30 avril 2009. A noter que plus de 60 mille jeunes ont été diplômés de nos universités, en juin 2008. Et selon des statistiques publiées, à l’occasion de la consultation nationale sur l’emploi à la fin de 2008, la Tunisie compte 80.000 chômeurs diplômés du supérieur sur un total de 508 000. Les TICs se présentent donc comme un remède de choc à une situation que la crise économique internationale ne contribue pas à améliorer.

M. Hadj Gley, ministre des technologies de la communication a rappelé à l’ouverture du forum de “Sup’Com 2009” organisé, le 8 avril à la technopole El Ghazela que le secteur des TIC en Tunisie, connaît un taux de croissance de l’ordre de 17%. Pour notre responsable, « la recherche et l’innovation technologique dans le domaine de l’économie numérique compte parmi les clés du succès » à la fois pour l’étudiant, l’entreprise et l’économie nationale.

Malek Ben Hamadi

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer