Tunisie : (dés)orientations sexuelles sur le Net

Le web a fini par se glisser dans l’intimité de nos chambres à coucher. Les internautes tunisiens utilisent le web pour revendiquer des orientations sexuelles… pas nécessairement bien perçues dans une société arabo-musulmane.

En Tunisie comme ailleurs, le Net s’immisce dans tous les aspects de la vie quotidienne. Et voici que le web a même fini par se glisser dans l’intimité de nos chambres à coucher. Une petite enquête a révélé l’étendue du phénomène, dont l’ADSL de masse a favorisé l’émergence. Une chose est sûre : le web favorise les échanges. En toute discrétion.

Des sites de rencontres tels que : www.badoo.com, www.hi5.com, etc. et les fameuses salles de discussions plus connues sous le nom de « chatroom » comme www.abcoeur.com, www.tchatche.com, www.amitie.fr ont aussi d’autres usages, pas très « catholiques ». Ils seront néanmoins au cœur de notre sujet. Et en l’occurrence, il fait boum !

En naviguant dans les sites de rencontres et les salles de discussions, un phénomène attire l’attention de l’internaute averti : des communautés de Tunisiens revendiquent des orientations sexuelles pas nécessairement bien perçues dans nos sociétés arabo-musulmanes.

Des groupes qui se cachent derrière des pseudonymes reflétant leurs orientations sexuelles. Avec pour les lesbiennes des pseudos du genre : Sarralesb, Lesbos, lez, Femme PR femme, Sapholesbienne etc.… Les bisexuels s’affichent sous des noms d’emprunt comme Ambroise, Timide2, coquinebisex, jolie_bi.… Les gays ne sont pas en reste, et choisissent des pseudos qui en disent long comme Hermaphrodite, homme-soumis, tarekhomo… On constatera même l’existence d’un phénomène que l’on croyait uniquement occidental. Celui de l’échangisme. Les exemples abondent, sous des pseudos révélateurs, style : cple_Romantique, Cplediscret, Duocoquin, couple_tun.… Certains sont donc clairement à la recherche d’une partenaire pour un ménage à trois. Des Européens vivant en Tunisie, profiteront également du web pour tenter de se frayer une place dans le microcosme de l’échangisme local. Les couples mixtes qui veulent mêler un troisième larron à leurs « jeux » ne sont pas rares.

Echangisme, de 2 à…3 !

Ainsi s’affiche Cple_tn  (Alain 45 ans d’origine française, chef d’entreprise dans le textile et Ahlem 36 ans, chef d’entreprise d’une société de service) : « Nous somme un couple à la recherche d’une file qui a de l’expérience dans les rencontres à trois et dans les relations femme-femme. On est disponible les matinées et vers l’après midi. Et vu qu’on possède un appartement dans la banlieue de Tunis, nous pouvons recevoir sans problème. »

Mais les duos 100% tunisiens désireux de former des…trios sont bien présents. Ce sera le cas de «Couple discret», formé par Adel, 45 ans « gérant d’une société » de Hammamet et de Wafa, 26 ans « cadre financier » originaire de Kairouan : «  Nous sommes un couple tunisien de bon niveau social et intellectuel. Nous recherchons une fille ou une femme bien dans sa tête, pour un ménage à trois. Et je serai uniquement voyeur (Adel qui a pris la parole). Notre devise est la spontanéité et la discrétion. Sachant que le respect est un critère de base. Ne vous inquiétez pas pour le local, nous avons un appart à Hammamet ». Clair, direct, et précis.

Femme cherche femme

Femme brûlante (Lilia, 35 ans, cadre marketing dans une société privée, mariée et avec 2 enfants) : « Je vis ma « lesbianité » dans la clandestinité ! Et je recherche de nouvelles compagnes par le biais du net. De nos jours, internet est devenu un moyen rapide et garantissant une discrétion quasi parfaite. En plus, être lesbienne de nos jours est devenu très tendance vu que plusieurs stars comme Sharon Stone, Amélie Mauresmo et d’autres revendiquent leur homosexualité. Des séries comme Sex and the City ont ouvert les yeux à nos jeunes, qui s’émancipent et s’initient à d’autres plaisirs. »

Lilia souligne ainsi le rôle des films et autres séries dans la tendance actuelle. Des séries arrivées en Tunisie via les chaînes satellitaires et les DVD gravés. Des images qui ont contribué à familiariser notre jeunesse avec une autre conception des relations humaines. En véhiculant une vision des choses très éloignées de celle que l’on pourrait attribuer à un pays arabo-musulman, ces séries ont largement banalisé de nouveaux comportements.

Nous voilà donc projeté dans un monde tout droit sorti des grands écrans et des salles obscures du cinéma. Certains aspects de l’utilisation du web par les Tunisien pourraient même rappeler des films cultes comme  « Eyes wide shut » de Stanley Kubrick, avec Tom Cruise et son ex, Nicole Kidman. On pénètre ainsi dans de véritables sociétés secrètes où hommes et femmes sont masqués pour donner libre cours à leurs fantasmes. Ainsi, les unes et les autres portent des pseudonymes pour masquer leur identité dans les salons de discussion, dans un souci évident de discrétion.

Mais le web, grâce à l’anonymat qu’il permet, ne serait-il pas simplement le révélateur de faits sociaux anciens que l’on préférait auparavant garder cachés ? Sameh, 36 ans, de Tunis, qui « tchat » sous le pseudo « Femme PR Femme » finit par lâcher:
«  Je pense qu’il est temps que les lesbiennes soient reconnues dans notre société. Car c’est un style de vie comme un autre. Etre homosexuel n’est pas un crime en soi. Chacun est libre dans ses convictions et dans sa façon de vivre sa vie. »

Abdel Aziz Hali

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer