Tunisie : Attention, mauvaises ondes !

Des téléphones mobiles dangereux sont en vente libre en Tunisie. Des appareils de marques célèbres émettent un rayonnement nocif pour la santé. Et des modèles piratés ont même tué leur propriétaire sur le coup.

L’usage du téléphone portable est totalement banalisé. Il s’agit d’un objet a priori totalement inoffensif, totalement intégré à notre quotidien. Inoffensif ? Cela reste à voir. Selon le National Radiological Protection Board britannique(NRPB), les enfants de moins de huit ans, sont particulièrement vulnérables aux radiations diffusées par les téléphones portables. Un rapport stipule ainsi clairement : «Leur boîte crânienne n’est pas encore complètement formée, leur système nerveux pas complètement développé, et les radiations pénètrent plus loin dans leur cerveau ». Pour le moins inquiétant. Et dans certains pays, on n’est pas loin de paniquer.


En France, par exemple, lors du « Grenelle des ondes », la dangerosité potentielle du téléphone mobile a été au centre des débats. Des mesures de sécurité ont été préconisées. Les cellulaires seront désormais interdits dans les écoles primaires de France.

Les études scientifiques se multiplient et les conclusions sont parfois contradictoires. Et si la plupart des marques de gsm de renommée mondiale clament haut et fort leur innocence, elles n’en demeurent pas moins suspectes aux yeux de certains pays très stricts en matière de sécurité. Car il faut savoir que les ondes émises par la téléphonie mobile sont des micro-ondes pulsées. Elles ne sont donc pas comparables à celles émises pour la radio ou la télévision. Des chercheurs s’interrogent sur l’effet que peuvent avoir les ondes GSM sur l’organisme humain. Une chose est sûre : une partie de l’énergie électromagnétique émise par un appareil est absorbée par le corps, provoquant une augmentation de la température du tissu cérébral qui peut atteindre jusqu’à 1.5 degré en plus!


Selon les normes internationales éditées par l’ICNIRP (International Commision on non-Ionizing Radiation Protection), le taux de rayonnement ne doit pas excéder 0.08 w/kg sur tout le corps, durant une période de 6 minutes. Quant aux normes belges, elles sont encore plus strictes avec un taux équivalent à 0.02 w/kg qui ne doit pas être dépassé. L’Office Fédéral Allemand pour la protection contre les rayonnements a sorti un classement relatif aux émissions électromagnétiques (en watt/kg) de plusieurs marques de téléphones présents sur le marché (voir classement ici). Les résultats ? La plupart des marques, même celles de renommée internationale, affichent des taux alarmants pour certains de leurs modèles. On en trouve ainsi qui peuvent arriver à 1.6 w/kg et même à 1.94 w/kg… soit 20 fois la norme autorisée ! Or la plupart de ces appareils sont en vente libre en Tunisie… comme dans de nombreux pays européens. Sans aucune précaution particulière.

Côté tunisien…

Une situation d’autant plus singulière que les Tunisiens sont des fanatiques du téléphone portable. Certains de nos compatriotes sont même prêts à tout pour le mobile (voir notre article « Quand le téléphone tue »). Et si les marques connues et reconnues envahissent le marché tunisien, elles ont au moins l’avantage de communiquer un tant soit peu sur leurs caractéristiques techniques. Au pire, il reste toujours possible de dénicher sur le web quelque rapport détaillé sur leur éventuelle dangerosité, et les risques encourus par l’usager. Et après tout, si le consommateur est averti, il assume aussi une part de responsabilité.

Mais en Tunisie, un marché parallèle entièrement dédié à la téléphonie mobile a fait son apparition depuis quelques années. On retrouve ainsi des téléphones affichant des prix imbattables pour une fiabilité améliorée. Il s’agit d’imitation, de contrefaçon, évidemment. Mais les clients commencent à se bousculer au portillon, alléchés qu’ils sont par les prix et les fonctionnalités étendues.

Il suffit d’aller se balader dans la capitale pour se procurer un de ces modèles estampillés « made in china ». Seulement voilà, sur l’emballage de l’appareil, on ne trouve aucune information relative à l’intensité des ondes émises. Ce qui est tout à fait anormal, compte tenu des risques qu’ils pourraient engendrer pour notre santé.

Et quant on sait que même les marques les plus célèbres, d’Europe du Nord ou du Japon ont déjà sorti des modèles potentiellement « dangereux »… Que dire alors des reproductions et autres sous-marques chinoises qui inondent le marché tunisien, dont la majeure partie des composants électriques restent suspects et de nature inconnue ? On se doit de rester vigilant, puisque aucune étude concernant la dangerosité de ces appareils n’a été entreprise jusqu’à présent. Il serait donc judicieux et même approprié que l’on fasse subir quelques tests à ces téléphones, avant de les mettre à disposition du consommateur tunisien.

Car ce n’est pas tout. Il n’est pas juste question de « mauvaises ondes » ou de « vibrations négatives ». Le rayonnement électromagnétique n’est pas seul en cause. Des accidents mortels ont été recensés en Chine, mettant en cause des batteries de mobiles qui ont explosé. Un homme a ainsi été tué sur le coup, alors qu’il était en train de téléphoner. Un autre est mort dans des circonstances analogues : il se promenait avec l’appareil dans la poche. Et dire que les batteries de portables chinoises se vendent à la pelle en Tunisie… Vous avez dit pièce de rechange ?

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Phone






  • Envoyer