Tunisie : Brigadier Sabari en Live

Concert d’Alpha Blondy à Tabarka, samedi 11 juillet 2009. Le reggae man ivoirien dénonce «Les Salauds», les «journalistes pyromanes, les politiciens mythomanes, les prêtres corrompus et les imams vendus».


Alpha Blondy, incontournable star internationale du reggae (écouter sur son MySpace ), sera en concert à Tabarka, samedi 11 juillet 2009. Les Rastas, les nostalgiques du roi Marley, les fanatiques des lancinants rythmes afro-jamaïcains se donneront donc rendez-vous autour de la scène de la Basilique de Tabarka, pour à peine 20 dinars. Les Tunisiens fêteront leurs retrouvailles avec le rasta «foulosophe» qui avait mis le feu à l’Amphithéâtre Romain de Carthage en juillet 2005, épaulé par son lumineux groupe Solaar System. On se rappelle que ce concert l’a réuni avec des figures emblématiques du reggae international comme Ijahman, Aswad, et Macka B. Il s’agira donc de renouer avec une vieille connaissance. Car qui d’entre nous, Tunisiens, n’a pas fredonné des morceaux tels que «Brigadier Sabari», avec sa célèbre intro reprenant une sirène de voiture de police ? Sans oublier le tube «Sebe Allah» au reggae swinguant et chaloupé.

Musique universelle

Entre authenticité de rythme du reggae jamaïcain et sonorité africaine, Alpha Blondy cultive une musique qui se veut universelle. Il clame avec ses chansons, de véritables hymnes à la liberté, la paix et l’égalité. Les paroles de ses chansons sont écrites en plusieurs langues de l’anglais au dioula (très parlé en Côte d’ Ivoire en dans l’Afrique de l’Ouest, NDLR) en passant par le français et l’arabe… Alpha fera même usage à la fois de l’arabe, du français, de l’anglais, et même… de l’hébreu dans un même morceau : «Jerusalem». L’appel à l’unité est scandé sans répit à travers un reggae qui se veut dans la lignée du légendaire Bob Marley et du mythique Burning Spear. En créant de nouvelles versions de morceaux de Bob Marley, Blondy manifeste l’amour et le respect qu’il a pour le roi du reggae auquel il rend hommage dans son morceau « Mystic Night Move » issu de l’album Masada paru en 1992. Ainsi «Natural Mystic» est reprise par ce dernier et intitulée «Mystère Naturel » et « War » rebaptisé « La Guerre ». Mais l’auteur-compositeur de «Apartheid Is Nazism» est aussi un artiste engagé. Une espèce en voie de disparition… Dans son dernier album, « Jah Victory » paru en octobre 2007, il a d’ailleurs repris «Crazy Baldheads» en une version intitulé «Sales Racistes».

Opération coup de poing

Dans cet album, «Jah Victory», le reggae man ivoirien dénonce dans le morceau «Les Salauds», les «journalistes pyromanes, les politiciens mythomanes, les prêtres corrompus et les imams vendus». Un engagement en faveur de la parole libre qu’il illustre dans ses morceaux depuis son premier album « Jah Glory » paru en 1982 avec « Brigadier Sabari » (Brigadier, pitié ). Dans ce morceau très populaire en Tunisie et qui a propulsé le chanteur au sommet, Alpha Blondy dénonce les violences dont la police a été coutumière, notamment lors de ces «Opération coup de poing» de sinistres mémoires lors des couvre feu à Abidjan au début des années 80.

L’engagement d’Alpha s’est également illustré à travers sa nomination en tant qu’ambassadeur de l’ONU pour la paix en Côte d’Ivoire. Le rasta a ainsi cédé tous les droits de la chanson très critique, «Journalistes en danger» (démocrature) à une ONG dédiée à la liberté de la presse. Une chanson dont le texte relate l’affaire Norbert Zongo, le journaliste burkinabé dont le corps fut retrouvé calciné dans son véhicule en décembre 1998. Alpha Blondy a ainsi ajouté à ce morceau : « Au clair de la lune, mon ami Zongo refusa de bâillonner sa plume au Burkina Faso. Et Zongo est mort brûlé par le feu. Que justice soit faite pour l’amour de Dieu».

Avec une carrière d’un quart de siècle, truffée de 14 albums studio et de 2 albums live, voici qu’Alpha Blondy sera sur la scène de Festival International de Tabarka lors de cette édition de 2009 pour le plus grand bonheur des passionnés de reggae… Jaaaaah Rastafari !

Thameur Mekki

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer