Tunisie : Ous, comme un poisson dans l’or

Grâce à Oussama, la Tunisie fait mieux que le Canada, le Danemark, les Pays Bas et même la France. Les véritables porte-drapeaux du sport tunisien travaillent dans l’ombre, de longues années, avant de décrocher l’or sur un plateau d’argent.

Oussama Mellouli , notre champion olympique du monde de natation s’est illustré ce dimanche 2 août, en remportant la médaille d’or des 1500m nage libre aux championnats du monde de Rome. Après avoir obtenu deux médailles d’argent aux 400 et 800m, le tunisien a enfin pris sa revanche sur le canadien Ryan Cochrane, qui a affiché plus de 4 secondes de retard face à Mellouli, soit 14’41″38 contre 14’37″28 pour notre champion national. A la fois champions du monde et olympique sur cette distance, Oussama a réalisé un doublé de rêve.

Figure emblématique de la natation tunisienne, Oussema Mellouli a déjà accumulé à 25 ans à peine, des performances extraordinaire, dans un sport où les premières places sont traditionnellement trustées par les nations européennes, les américains, et les australiens. Oussama a remporté les plus prestigieux titres à l’échelle internationale, dont une médaille d’or aux jeux olympiques de Pékin en 2008, 3 médailles d’or dans la première phase de la coupe du monde de natation FINA en 2008, 5 médailles d’or pour les jeux méditerranéens de Pescara en 2009 et 1 médaille d’or et 2 d’argent pour les championnats du monde de Rome.


Hormis son incontestable talent de sportif accompli, le jeune tunisien prouve qu’il a bien d’autres qualités. Il est ainsi détenteur d’un master en informatique décroché à l’université de Californie du sud à Los Angeles, où il exerce en parallèle la profession d’ingénieur en informatique. C’est aussi en Californie du Sud, au sein de l’équipe universitaire US Trojans que le « Great Ous » comme on le surnomme affectueusement là-bas, s’entraîne.

Ainsi, la Tunisie se hisse en 13ème position dans le classement final des médailles obtenues par pays. En dominant le Canada, le Danemark, les Pays Bas et même la France (pourtant classée parmi une des équipes favorites dès le début de ce tournoi) le pays du jasmin a frappé fort cette fois, en faisant même, au passage, quelques jaloux.

En effet, lors de son interview avec le tunisien, RMC, la célèbre radio monégasque française, a commis un petit lapsus qui n’est pas passé inaperçu : Oussama Mellouli aurait lui-même avoué qu’il avait remporté deux médailles de bronze, au lieu des deux en argent : « Je suis super content. Après deux médailles de bronze (sur 400 m et 800 m), je suis allé chercher l’or du 1500 m, celui pour lequel je me suis entraîné toute la saison. Je voulais protéger mon titre olympique et j’y suis arrivé après une longue semaine. Je compte bien garder ce titre pendant plusieurs années. Les coureurs ont tous une course préférée et le 1500 m c’est la mienne. » Bizarre !
Serait-ce dû au chauvinisme légendaire des français? Sachant que cette année, ils ont fait choux blanc en remportant six médailles mais aucun titre…


Le nageur Oussama Mellouli, des champions comme Anis Lounifi , premier et unique champion africain à décrocher une médaille d’or aux championnats du monde de judo et avant eux, Mohamed Gammoudi, le premier champion olympique tunisien, pourraient nous faire réfléchir davantage sur nos priorités sportives. Alors que pour le moindre titre, nos footballeurs (parfois) semi-illettrés repassent en boucle à la télé. Alimentant des polémiques de pacotilles, déchaînant des passions, renforçant le régionalisme… On ne compte d’ailleurs plus les dérapages. Pour des résultats disons, mitigés. Alors que les véritables porte-drapeaux du sport tunisien travaillent dans l’ombre, de longues années, avant de faire rejaillir l’éclat de l’or sur toute une Nation.

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer