Orange Lab bientôt en Tunisie ?

Orange Lab fermera sa filière US. Faudrait-il prévoir une antenne du centre de recherche de France Telecom en Tunisie ? Perspective réaliste quand le secteur des TICs en Tunisie connait une croissance continue.


Au crépuscule de la première décennie de ce deuxième millénaire, la 3G, l’ADSL 2+ (débit qui talonne les 25 Mb/s), la VoIP (Téléphonie illimitée) et l’IP TV (Télévision et vidéo à la carte via ADSL) ne sauraient plus tarder à débarquer en Tunisie. Et pour cause : le marché des télécommunications dans notre pays, comparé à son homologue européen et marocain est encore loin de la saturation.

C’est justement sur ce dernier point que le bureau d’études américain Pyramid Research prévoit pour la Tunisie une croissance dynamique du marché des télécommunications qui sera parmi les plus prometteurs dans les cinq prochaines années. Le bureau annonce aussi un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 5,4%, soit 2,2 milliards de dollars américains en 2014. De surcroit, et à la lumière des résultats des pays voisins pour l’année 2008, le taux de pénétration des téléphones portables et fixes réalisé en Tunisie est l’un des plus élevés dans la région Afrique du Nord et Moyen Orient à la fois. Ce qui laisse présager un avenir plutôt rose pour Orange Tunisie (qui commencera son activité à partir du 1er janvier 2010), Tunisie Telecom et Tunisiana.

Mieux encore, cette situation risque même de susciter la convoitise des laboratoires de recherche dans le domaine des télécommunications. En effet, selon le quotidien financier « la Tribune », l’opérateur historique français fermera son centre de recherche et de développement à Boston, aux Etats-Unis, qu’il trouve « superflu ». Des spécialistes du domaine ne voient dans cette intention de fermeture d’Orange Lab aux States qu’un signe supplémentaire pour des délocalisations futures de plusieurs services de la marque fétiche de France Telecom vers la Tunisie, recherche compris. Certains croient déjà voir ces rutilants labos High Tech débarquer dans notre pays. Pourquoi pas ?

Une perspective d’autant plus réaliste et vraisemblable que la Tunisie est le premier site de délocalisation des services après vente de France Telecom pour les appels téléphoniques de la hotline commerciale et technique, ainsi que le traitement back office des dossiers des clients Internet d’Orange France. L’essentiel de leurs activités offshoring est du reste détenu par le centre d’appel Teleperformance Tunisie sur les deux plateformes de Ben Arous et à Sousse. Et après tout Orange ne sera pas la première à miser sur les compétences tunisiennes.

W.N

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Operateurs






  • Envoyer