Tunisie : Trop de pub tue la pub

Question Pub télé, la Tunisie arrive en première position au Maghreb. Mais le Tunisien n’est peut-être pas le publivore que l’on croit. Gare à l’indigestion !

En ce mois de Ramadan 1430, le marché de la publicité a véritablement explosé en Tunisie. Les chiffres ont battu tous les records. Ainsi, un rapport d’étude publié par Sigma Conseil,  démontre que pas moins que 5 heures de pub ont été recensé le 23 aout dernier, avec en tête de liste les marques Major, Délice, Président, La Rose Blanche, et Délice Danone qui occupent les cinq premières places. Selon une enquête publiée par «Jeune Afrique», nos frères algériens et marocains seraient aussi touchés par ce nouveau phénomène pour le moins envahissant. Sans pour autant atteindre les sommets tunisiens. Ainsi, l’hebdomadaire précise-t-il même que seront diffusés « plus de 68 heures de publicité au Maroc et plus de 61 heures en Algérie. « Mais la palme revient à la Tunisie, eu égard à sa taille, avec plus de 69 heures de pub, au lieu de 13 heures » (hors Ramadan NDLR). Et pour cause. C’est pendant ce mois sacré que les chaînes de télévision nationale font exploser leur audience.Ce qui nous amène à 200h qui seront diffusés jusqu’à la fin du mois pour les trois pays maghrébins, soit cinq fois plus que pour un mois ordinaire !

Côté annonceurs, il s’agit tout simplement d’une aubaine, car ces derniers  investissent chaque année massivement sur le petit écran : plus de 142 millions de dinars pour ce cru 2009, soit une augmentation de 40%.
Pour cela, tous les moyens sont bons  : lancement de séries animées bardées de marques comme 2050 série animée en 3D qui a inauguré la stratégie de placement de produits.

 

Les biscuits Major qui ont recruté pour l’occasion le champion olympique de natation Oussama Mellouli, sont arrivés à diffuser jusqu’à 22 spots publicitaires par jour.

La firme a même renouvelé son contrat avec le champion olympique de natation Oussama Mellouli. Ce qui n’a pas manqué de faire  grincer des dents du côté de la blogosphère tunisienne.Il n’empêche.

 

 

Les séries télévisées contribuent d’une façon indirecte à cette inondation visuelle, initiée par les industriels.
Ainsi, les blogueurs tunisiens en ont fait leurs choux gras, en dénonçant l’interminable interlude publicitaire qui entrecoupe quotidiennement la série Maktoub  de Sami Fehri (Lien ici).

Le journal Jeune Afrique, rappelle que « le feuilleton Maktoub, de Sami Fehri, entrecoupé d’une rafale de 12 minutes de réclame non-stop, concentre 22 annonceurs à lui seul ».

Aussi glouton soit-il, le Tunisien n’est pas dupe. Et il n’est peut-être pas le publivore que l’on croit. En effet, le journal webmanagercenter.com (voir ici), s’est récemment basé sur une étude de Sigma conseil qui comptabilise le taux de mémorisation des publicités (Day after recall). Un indicateur stratégique pour les annonceurs, puisqu’il leur permet justement d’étudier l’impact de leur campagne publicitaire. Or voici que ce chiffre a subi une baisse significative en comparaison avec les années précédentes : Ainsi, pour la journée du 22 août 2009, le taux le plus élevé a été de 20,6% pour Major, alors qu’il atteignait des taux de 25% et jusqu’à 35% auparavant. De là à parler d’indigestion via la télévision…

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias






  • Envoyer