Tunisie : Le feuilleton des recrutements Orange (4)

Le feuilleton des recrutements Orange en est (déjà) à son 4ème épisode. L’opérateur affiche son ambition : attirer un personnel trié sur le volet, la crème des cadres tunisiens high-tech.


Tunisie : Le feuilleton des recrutements Orange

Orange Tunisie continue son offensive à travers les annonces d’offres d’emplois proposées sur les journaux. Ainsi, le nouvel opérateur franco-tunisien de télécommunications universel Divona/France Telecom a de nouveau réitéré une offre relative à 14 postes à haute valeur ajoutée et ce, directement après sa précédente rafale d’embauche qui a eu lieu durant l’Aïd El fitr (lire l’article précédent) et le dimanche qui le précède (voir ceci).

Visiblement, l’opérateur ne craint pas d’afficher son ambition : s’accaparer un personnel trié sur le volet, la crème des cadres tunisiens high-tech. En effet, la plupart des offres exigent au minimum une qualification de type bac+4 et 5. De plus, les futurs cadres se doivent de sortir (de préférence) d’écoles d’ingénieurs, de commerce ou de gestion. Quant à «l’expérience exigée», elle oscille entre une année pour le chef de service «Géomarketing» et trois années pour le «chef de marché Grand Public et Jeunes», jusqu’à huit, voire une dizaine d’années pour les Responsables des départements «Support Business» et «Applications Métiers».

Cette troisième annonce de recrutement continue sur la même lancée de sa précédente parue le dimanche 20 septembre dernier, à savoir, des postes rattachés à la technique (comme le responsable du département Intégration et administration) ou encore des emplois rattachés directement au département marketing. Notons que les deux postes de chargé de la communication événementielle et responsable de publicité sont proposés pour la deuxième fois, et ce pour la deuxième semaine consécutive (voir ce lien).

Remarquons toutefois l’annonce du poste chef département Services Broadband qui se chargera du «suivi et l’évolution de toutes les offres haut débit (ADSL/3G)». Pourtant, le 13 septembre 2009, une offre de recrutement appelant des ingénieurs Radio 2G/3G/Wimax ont été demandés (voir ici). Devrions-nous comprendre, donc, que les offres haut débit via Wimax ne seront pas proposées ?

Hormis les offres précédentes davantage basées sur l’aspect technique, l’opérateur hausse cette fois le ton, en proposant des offres liées à l’aspect marketing, communicationnel et événementiel comme le «Chargé de la communication événementielle», le «Responsable de Publicité», ou encore le «Chef de département Services à Valeur ajoutée» qui aura pour principale tâche de piloter les activités de développement comme la définition de la stratégie multimédia de l’entreprise (contenu, portail…) et de tout autre lancement de service. Quant au « chef département Services Broadband » il devra suivre les opérations permettant la mise en place, le suivi et l’évolution de toutes les offres haut débit (ADSL/3G).

Autant dire que c’est du lourd, car ces offres intéressantes résument parfaitement la politique du deuxième opérateur en l’occurrence, une qualité irréprochable d’offres et de services qui reposera surtout sur la 3G, tant attendue par le consommateur tunisien.

Sur ces successions d’annonces, quelques spécialistes du circuit tunisiens télécom commencent déjà à comparer ce futur opérateur à ses rivaux, comme notamment Tunisiana, qui, à ses débuts a misé sur les ingénieurs pour en repérer les plus compétents pour des postes à hautes responsabilités. Avec Orange Tunisie, la tendance s’inverse pour recruter essentiellement les cadres avant les responsables techniques sur lesquels repose l’infrastructure de base du réseau. Pour ces «spécialistes», une chose est sûre, Orange vise à recruter des profils déjà rodés et bien formés des opérateurs télécoms et Fournisseurs d’Accès Internet de la place. Le nouveau venu profitera ainsi du vivier constitué par ses prédécesseurs, en Tunisie.


Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Operateurs






  • Envoyer