Jaye Nilko, le graffiti de New York à Tunis

Un duo de choc pour une démarche artistique hors normes. Jaye, tunisien d’origine et Nilko éclaboussent de leur talent les galeries. Avec eux, le graffiti finit par faire le mur pour s’exposer à Paris, à New York, et même à Tunis.

Ils exposent et performent de Paris à New York, comme à Tunis.  Au mois d’aout dernier, ils ont participé à une exposition intitulée «FMR» tenue à la villa Noria à Hammamet où ils ont donné une performance. Le duo Jaye Nilko a aussi participé cet été à «Orange», exposition tenue à la galerie le «14» à Tunis. Ces derniers ont encadré des élèves de l’école des beaux arts de Tunis pour la réalisation de 3 fresques, en juin 2009, lors de leur participation à la manifestation «Fanta Tag» tenue à El Menzah 6 à Tunis.

Exposition d’une rue explosive !

A travers une approche, franche, terre-à-terre, créative, et vivante, Jaye Nilko cultive une expression libre, collaborative, flamboyante. Travail sur mur, sur toile, sur textile, leur art implique non seulement la base traditionnelle du graffiti (lettrage, couleurs vives, figures «classiques» de l’art et du style urbain américain et européen), mais aussi une expression esthétique singulière : des figures humaines animalières, du graphisme et du design, des personnages agressifs et expressifs naissent de leur dualité. Et ce qui rend ces artistes contemporains et leurs œuvres singulières, c’est la manière par laquelle ils se sont détachés des formes « classiques » du graffiti contemporain, pour adopter une nouvelle démarche. Jaye, de son vrai nom Karim Latrouss, rajoute à la forme globale, au lettrage, à la couleur pure, ce que Nilko donne en détail, en figuratif, en personnages.

Le duo transcende les règles du graffiti pour aboutir à un vrai travail conceptuel. Au-delà des salles d’exposition et les galeries d’art contemporain qui ont accueillis leurs travaux, les deux compères éclaboussent de leur art des espaces plus communs à l’occasion d’un événement commercial ou d’une manifestation artistique. Le concert de l’emblématique groupe de rap américain « Tribe Called Quest» a donné place à une performance de graffiti live de Jaye Nilko en 2008. Comme ils ont décoré du plateau français pour l’Eurovision 2005, à Istanbul. Les exemples abondent.

Jouer à customiser

Ils ont exposé et customisé en live sur les Champs Elysées, pour la sortie du jeu vidéo de football "FIFA 07" avec "EA Games" où encore réalisé une fresque live pour la sortie du jeu vidéo "Tony Hawk, American Wastedland". Les magasins de street wear ou radios hip hop leur prêtent leurs murs pour une décoration plus intense. Réalisation de toiles pour le magasin de sneakers "Kerok" à New York, réalisation et expo de toiles pour les studios de radio Génération 88.2 FM ou décoration de l’espace "Originals" à l’Adidas Store aux Champs-Elysées à Paris, leur talent, qui permet d’offrir une identité visuelle très particulière est sollicité. Ainsi ils font de leur art un outil dont on s’en sert au quotidien dans les domaines les plus divers. Partant de ce fait, la customisation devient une spécialité percutante de Jaye Nilko. Du hors bord du vice-champion du monde de wake board à une série limitée de manteaux de cuir, le duo customise et façonne tout à sa guise. Ils ont ainsi inscrit des marques comme Benetton à leur tableau de chasse.

A l’heure où le graffiti est employé à tout va, dans la mode, le prêt à porter, et quand ses codes visuels sont omniprésents, à la télévision et dans le multimédia, Jaye Nilko s’inscrit dans un mouvement visuel qui s’étend presque à tout… Mais en restant haut de gamme.

Thameur Mekki

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer