Héroïsme virtuel pour Tunisiens déconnectés

World of Warcraft est le jeu de rôle en ligne le plus connu de tous les temps. Très addictif, il est parfois comparé à de la drogue virtuelle. Une version arabisée sera lancée. De quoi relancer l’intérêt des jeunes Tunisiens déjà accros.

Une version arabe du très populaire jeu en ligne World Of Warcraft, est sur le point d’être lancée par la société « Tahadi » issue du « Jabbar Internet Group » spécialisé dans le développement des jeux vidéo.

Le journal émirati The National  a souligné, dans un de ses articles que l’acquisition de la licence d’exploitation de ce produit de Blizzard Entertainment (société de développement du jeu) représentait le marché le plus important à ce jour, depuis le rachat de Yahoo par la société mère « Group Maktoob». L’info a du reste été relayée dans la blogosphère tunisienne par Tunisian Geek .

World of Warcraftt (WOW pour les intimes) est sans doute le MMORPG (jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs) le plus célèbre de tous les temps. En effet, ce type de jeu, comme le définit l’encyclopédie en ligne Wikipédia «permet à un grand nombre de personnes d’interagir simultanément dans un monde virtuel qui est aussi un monde persistant, c’est-à-dire qu’il continue à évoluer lorsque le joueur n’est pas connecté». Sorti en 2004 aux Etats-Unis et en 2005 en Europe, ce jeu a généré depuis, 11.5 millions de comptes actifs. Et WoW  a aussi de nombreux fans en Tunisie. L’intérêt des Tunisiens pour ce jeu en ligne très spécial s’est même envolé en 2007, en été, pour atteindre des sommets en juillet 2008, et vers l’été 2009. Le secret de la réussite de WoW  ? Il est à trouver dans les principes même du jeu.

Monde imaginaire

Le joueur, muni d’un avatar (une représentation virtuelle), se retrouve propulsé dans un monde complètement imaginaire. Il participera à des aventures et mènera des combats épiques, avec pour seules armes, son clavier d’ordinateur et sa souris.

Mais le plus important, ce qui constitue le fondement même du jeu, c’est qu’il a la possibilité d’interagir simultanément avec d’autres joueurs. Une sorte de petite révolution en soi mais qui peut aller bien au-delà du réel…

Ainsi, les mondes virtuels en question, s’inspirent-ils de l’univers fantastique médiéval, avec ses héros et ses personnages démoniaques. L’amateur de WoW peut choisir de se mettre dans la peau de l’un des nombreux personnages, aux pouvoirs et qualités spécifiques. Et pour couronner le tout, les extensions (déjà trois de sorties dont une quatrième prévue pour 2010 : World Of Warcraft : Cataclysm) augmentent à chaque fois la durée de vie du jeu. Autant dire que la durée du jeu ne connaît plus de limites dans le temps… Et afin de pousser le réalisme à l’extrême, les développeurs ont même imaginé le concept de professions (forge, pêche, couture, calligraphie…) qui se développent au fur et à mesure que le joueur reste connecté. Il s’agit donc clairement d’un jeu particulièrement addictif, comparé même, par ses détracteurs, à de la drogue virtuelle.

Dans notre pays, les plus accros sont même allés jusqu’à mettre en ligne une pétition pour se plaindre des problèmes de «parrainage d’un ami» et de «résurrection pour les joueurs du WOW en Tunisie». Le blog Tunisie-wow (certes minimaliste) est ainsi totalement dédié à la question. Il relèvera que «ces deux services ‘’gratuits’’ ne fonctionnent pas pour les joueurs tunisiens qui paient le même montant d’abonnement que les autres abonnés».

Parce que pour ceux qui ne le savent pas encore, les serveurs de jeux officiels de WoW  ne sont pas gratuits. Or il n’est pas toujours évident de payer en ligne en devises, depuis la Tunisie.

Serveurs pour Tunisiens ?

Toujours aussi imaginatifs et jamais à cours d’idées, inutile de préciser que les internautes tunisiens n’ont pas attendu la sortie de la version arabe pour profiter de World Of Warcraft.

Ainsi, les plus chanceux ont pu acquérir le précieux sésame depuis un compte situé à l’étranger, en payant une tierce personne afin qu’elle s’occupe des modalités de paiement en devise. Pour les autres, des serveurs en ligne gratuits (à l’exemple de Dreamways, Way Of Elendil, Darluok…. ) leur ont également permis de trouver leur place dans cet univers fantastique. Il existerait même un serveur tunisien dédié (désactivé à présent pour on ne sait quelle raison) dont l’ancienne adresse moonstar.sytes.net est pourtant répercutée par plusieurs sites et blogs tunisiens comme Tunisia-Sat où encore Marhba. Autant d’acrobaties et de péripéties pour simplement participer à un jeu vidéo en ligne. Ce qui démontre, si besoin est, tout l’intérêt que suscite ce jeu auprès des jeunes Tunisiens. Cependant, ce MMORPG nécessite un sacrifice de temps énorme, voir excessif pour des milliers de joueurs, sur toute la planète. Certains passent ainsi une dizaine d’heures sans bouger devant leur écran d’ordinateur. Exclusivement branché sur WoW, certains finissent même par se déconnecter de la réalité. Attention danger ! (A suivre)

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Games






  • Envoyer