Tunisie : Le Net parlera arabe

L’ATI a lancé des sites de test avec des noms de domaine en arabe. La Tunisie a entamé, dès 2003, un programme expérimental pour la gestion des adresses web écrit entièrement en arabe. Mais à quand le .tounes en arabe ?

L’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) a lancé des sites de test avec des noms de domaine en arabe comme http:// ou bien http://. Ces URLs ne peuvent être consultées que depuis la Tunisie. Cette restriction est due à l’incapacité des serveurs DNS mondiaux à reconnaitre ce type d’URL vu qu’ils ne sont pas encore configurés pour une telle écriture.

Pour pouvoir consulter ces sites, il faudra fixer votre adresse DNS dans la propriété de la connexion réseau locale/sans fil de votre ordinateur avec l’adresse 193.95.67.20. Bien évidement, il faut que votre système d’exploitation et votre navigateur supportent la langue arabe pour pouvoir afficher l’URL
et le contenu en arabe. Une chose est sûre : nous verrons bientôt plus de sites web tunisiens aux adresses arabes.

Parce qu’au niveau international, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN, en français, la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet) a annoncé le 16 novembre dernier l’acceptation des demandes de réservations des noms de domaine dont l’extension est écrite en typographie non latine. L’ICANN va donc récolter les demandes et étudier la faisabilité technique de ces extensions. Et c’est l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA), organisme dépendant de l’ICANN qui gère les serveurs DNS (ces derniers font la correspondance entre une adresse IP et son nom de domaine), qui appliquera les modifications nécessaires au niveau des serveurs DNS racine sur l’échelle mondial.

Mais la Tunisie a entamé, dès 2003, un programme expérimental au niveau national pour la gestion des noms de domaines écrits entièrement en arabe (extension incluse), initié par l’Agence Tunisienne d’Internet (ATI).

En 2004, sous une initiative de la Ligue des Etats Arabes, notre pays a participé à un programme pilote pour tester ces URL à un niveau régional. Ce programme a vu la participation de 11 pays : l’Egypte, le Maroc, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar, la Tunisie, la Palestine, la Syrie, Oman, la Jordanie et la Libye.

Reste à savoir quand-est ce que la Tunisie lancera son programme de réservation du
. Sur ce point, M. Atef Loukil, responsable des noms de domaine à l’ATI précise que « Nous attendons l’activation des TLD (Top Level Domain) en arabe chez l’ICANN au niveau des ROOT SERVERS [NDLR : les serveurs racines des noms de domaine à l’échelle mondiale] pour pouvoir commercialiser l’extension
en Tunisie».

Quid des pays arabes ?

Le 15 novembre dernier et lors d’une conférence organisée en marge du 4ième Forum de gouvernance d’internet, le Ministre égyptien des communications a annoncé en fanfare que l’Egypte était le premier pays arabe à se lancer dans la procédure d’enregistrement du
auprès de l’ICANN. Au niveau maghrébin, c’est la Libye qui a été la première à lancer un programme expérimental offrant aux Libyens la possibilité d’acheter un nom de domaine avec l’extension
en arabe.

Au Maroc, le registrar officiel du Royaume, à savoir Internic.ma, ne propose actuellement aucun moyen pour l’achat du TLD (Top Level Domain) en arabe. On s’étonnera pourtant d’apprendre que le Maroc est l’un des premiers pays à avoir expérimenté le projet des TLD arabe en 2004. On notera toutefois qu’Internic.ma, l’instance qui gère l’extension .ma va bientôt rendre possible l’achat de nom de domaine en .ma via Paypal, et ce partout dans le monde, sans aucun justificatif nécessaire.

Welid Naffati

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Net






  • Envoyer