Tunisie : WoW dévalisé sur Ivalice

Son nom est ??, c’est un Taïwanais. C’est le premier joueur à avoir fini World Of Warcraft. Sacré conquête du mythique jeu médiéval. La quête du Graal des Tunisiens passe par la recherche d’un serveur gratos pour aboutir sur Ivalice !

«Un joueur taïwanais qui porte le doux nom de ?? est un Druide Tauren de niveau 80 a découvert tous les hauts faits (les lignes directrices qui permettent de parcourir les différentes cartes) du jeu». C’est un article sur Melty.fr qui l’annonce. Autant dire un tremblement de terre dans le monde obscure de World Of Warcraft (WoW). Une nouvelle que les accros tunisiens du jeu commencent tout juste à se partager. Car en Tunisie, l’univers fantastique du jeu en ligne World Of Warcraft suscite l’intérêt de beaucoup d’internautes. Sauf que le serveur officiel est payant. Et en devise, s’il vous plaît. Ce qui oblige nos gamers à recourir aux serveurs gratos.

Le phénomène commence même à prendre de l’ampleur avec notamment des portails comme Ivalice. «Il ya beaucoup de membres, c’est un serveur stable. Il y a peu de bugs et une équipe de maîtres de jeu réactive. On y trouve également beaucoup d’événements ainsi qu’une bonne animation» affirme le web marketer, Haythem Mekki au sujet d’Ivalice. Ce serveur privée et gratuit du jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs (MMORPG), World Of Warcraft, attire de plus en plus des gamers tunisiens sur le net.

Gratos, fun et populaire

La gratuité est certes un atout puisque comme l’indique le gamer tunisien Dromax dans un post sur le forum d’un autre serveur de WoW : «je ne peux pas payer aucun frais de transfert de personnage d’un serveur à l’autre car nous n’avons pas un service de payement». La gratuité suffit-elle à justifier la popularité du serveur Ivalice en Tunisie ? Pour Haythem l’un des membres de ce réseau, «Ce qui fait sa popularité, c’est qu’il fait partie des serveurs les plus faciles à trouver sur Google». Ivalice s’est d’ailleurs placé parmi les 10 premiers termes recherchés par les Tunisien durant la dernière semaine du mois de décembre 2009. La gratuité et son référencement sur Google ne sont pas ses seuls points forts. «C’est un serveur fun, et beaucoup considèrent ça comme un atout. Mais il n’est pas du tout au goût des hardcore gamers» témoigne Haythem Mekki. «C’est surtout un bon site qui est toujours plein de joueurs. C’est donc plus facile de faire des instances (donjons), de faire du commerce et gagner de l’or via l’hôtel des ventes… etc».

Sauvez le soldat Ghostriker

«Je m’appelle Oussama (non pas Ben Laden), j’ai 28 ans et je suis infographiste dans une boite de marketing en Tunisie. J’ai découvert WoW et Ivalice, il y a 3 mois déjà (…) J’ai pu découvrir l’ambiance sympa de votre guilde ces jours-ci, et je propose ma candidature pour y apporter mon petit grain de sel» lance Nanomachine, sur le forum Phoenix Game Clan. Vu que c’est un multiplayer game, les Tunisiens y croisent des joueurs de diverses nationalités.

Désormais communautaire, chaque rassemblement de joueurs sur WoW (guilde) requiert le respect de certaines règles propres à cette communauté multinationale. Ghostriker, un autre joueur tunisien, a eu des problèmes de langues…intolérables dans cette guilde ! «Désolé pour les fautes, je suis un Tunisien. Je fais un gros effort» s’excuse-t-il sur le forum de la guilde en question. Très peu toléré par les autres gamers, même son compatriote nommé Greed se montre rigide à l’égard de son comportement : «Ce n’est pas une excuse !!! Je suis Tunisien moi aussi et je déteste ceux qui flood en arabe sur WoW ou qui insultent les gens ou encore qui disent désolé je suis Tunisien je ne parle pas bien le français. Vous faites honte à votre pays, tu joue à un jeu en français alors tu parle en français. Tu prends un dictionnaire s’il le faut !». Il rappelle même la première phrase de la charte de la guilde : «Communiquer dans un français écrit et parlé correct qui ne pourrait porter atteinte à un autre membre de la communauté». Quand il s’agit de Français et de Maghrébins, difficile d’en finir avec les préjugés. Et voilà que Frozuk intervient : «Tu es UN PEU Tunisien, car selon ma thèse pour être un parfait tunisien il faut: jouer Tauren druide, spammer WoW en arabe et/ou parler “français” incompréhensible, être sur Ivalice, dire son prénom dans sa candidature».

Difficile de se débarrasser des clichés et des stéréotypes même dans les arcanes aussi obscurs que virtuelles de WoW. L’impossibilité de payer en ligne pour jouer sur la version «officielle» est une contrainte décisive. Au final, la fracture numérique nous poursuit même dans les labyrinthes des MMORPG. Et ce n’est pas vraiment Ivalice qui changera la donne !

T.M

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Matos






  • Envoyer