Tunisie : Campagne contre le piratage ?

Le piratage n’a pourtant pas attendu l’avènement du tout numérique et nos pauvres boutiques de gravure CD pour sévir en Tunisie. Bien avant l’ADSL, l’informatisation à outrance, et l’ordinateur populaire, le piratage était déjà là.

Le piratage et ses activités corollaires font de nouveau la une des  médias tunisiens. La chaîne Hannibal a même dégainé la grosse artillerie à l’occasion de son émission Bila Moujamalah, du dimanche 31 Janvier, consacrée au phénomène de la gravure CD en Tunisie. Nos stations radio ne sont pas en reste puisque Mosaique FM a traité ce même sujet dans son émission Forum du 3 Février. Un feu nourri qui aurait presque des allures de campagne de «sensibilisation». Nos graveurs professionnels, du reste souvent bardés de diplômes ne prennent pas autant de précautions, eux, et parlent même de dénigrement de leur profession refuge, de leur gagne-pain…

  «Le piratage informatique cause chaque année des millions de dollars de perte». Le message est martelé sans relâche par les multinationales de l’informatique. Autant de messages que relayent des officines comme la Business Software Alliance chargée de défendre les intérêts des Goliaths du logiciel. Les géants de la musique et du cinéma multiplient les plaintes. Passant sous silence qu’ils ont eux même, souvent fait  recours à ces mêmes méthodes (lire l’article : Microsoft : En flagrant délit de piratage !).

Le piratage n’a pourtant pas attendu l’avènement du tout numérique et nos pauvres boutiques de gravure CD pour sévir en Tunisie. Bien avant l’ADSL, l’informatisation à outrance, et la popularisation de l’ordinateur, le piratage était déjà là. Les bonnes vieilles cassettes audio, a surtout celles de chanteurs ou groupes étrangers ont toujours été systématiquement piratées. Le défunt Michael Jackson, pour ne citer que lui, n’a jamais passé, à notre connaissance, d’accords avec nos maisons d’enregistrement. Ce qui n’a pas empêché ses albums d’arriver sur le marché au rythme de leurs sorties planétaires, et à des prix populaires.

Parce que dans les pays riches, les mêmes K7 en version originales coûtaient ainsi, dans les années 80, pas moins d’une vingtaine de dinars. Alors que les mêmes, en version pirate, étaient distribuées dans notre pays pour 2 dinars, pour atteindre le plancher d’un seul dinar actuellement. Et avant que les K7 ne se fassent évincer par les CD, puis par les clés USB, on a vécu le boom de la vidéo avec l’apparition des clubs VHS dans les quartiers. Permettant déjà aux Tunisiens, dès les années 80, de voir des blockbusters hollywoodiens avant même leur sortie en salle française. Le piratage en Tunisie serait ainsi né en même temps que la diffusion de l’électroménager grand-public.

Curieusement, le secteur du livre a pourtant été passablement épargné par le piratage dans notre pays. Peut-être parce que les lecteurs ne se bousculent pas au portillon du côté tunisien. Pas de quoi fouetter un contrefacteur. Il n’en sera pourtant pas de même chez nos voisins. Le quotidien «Le Jour d’Algérie» rapporte ainsi que chez nos frères de l’ouest, même les livres n’échappent pas à la contrefaçon.

Mieux : «l’édition de livres en Algérie aurait survécu grâce au piratage». Rappelant que « les auteurs piratés ne sont plus de ce monde ou bien sont des étrangers». La réaction des autorités ? Notre confrère ne prend décidément pas de gants pour enfoncer le clou : «Dans les milieux de l’édition, on suggère que l’Etat a choisi de fermer l’œil parce qu’il sait qu’au fond de lui-même la profession ne saurait se tirer d’affaire et se relever de son marasme si elle ne triche pas».

Lotfi Ben Cheikh

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Applis






  • Envoyer