Tunisie : Un Héritier de l’empire du Saïan à Carthage !

L’empire du Saïan a eu son moment de gloire sur le trône du rap français. Leeroy, un de ses héritiers, poursuit, actuellement, une carrière solo très prometteuse. Après sa scène carthaginoise, partagée avec Molecule, Tekiano l’a rencontré.

C’est l’un des meilleurs beat boxers dans le monde, mais aussi un rappeur à la technique hors norme. Quand il s’agit de chant roots, il a aussi son mot à dire. Et il se sert de sa maitrise musicale pour tracer sa route en solo. Ex-membre du Saïan Supa Crew, Leeroy était de passage en Tunisie, samedi 13 mars 2010, lors d’ «Echos Electriks #2». Entre rap et reggae, il a chanté sur la musique Dub de Molecule. Tekiano l’a rencontré après le concert.

Actuellement, le rappeur est en tournée avec Molecule. Et il ne s’agit pas de sa première collaboration avec le combo electro. «Déjà sur mon premier album on trouvait Molecule, mais dans un autre aspect. C’était un instrumentiste. Il posait de la basse, de la guitare… et il a travaillé sur les arrangements» raconte l’ex-membre du Saïan. Leeroy nous a également assuré que Molecule mettra son grain de sel à son futur album.

Il était une fois l’empire du Saïan…

Depuis 2007, Saïan Supa Crew n’est plus. Les mélomanes regrettent toujours la dissolution de ce collectif de rap. «Ça fait trois ans maintenant. Ça marchait plus. On s’entendait plus. Donc, c’est fini !» lance Leeroy. Si le rap français a gravé ses lettres de noblesse avec le mythique IAM ou le Suprême NTM, l’empire du Saïan a eu son moment de gloire sur le trône du rap français. Flow exceptionnel, lyrics atypiques et technique ingénieuse, il s’agit incontestablement du meilleur collectif que le rap français ait jamais connu d’un point de vue technique. En 1999, leur tube planétaire «Angela» s’est vendu à 800 000 exemplaires. Saïan Supa Crew a également remporté le prix de la Victoire de la Musique en 2001 avec leur deuxième album «X Raisons». Durant 10 ans avec Saïan, Leeroy a collaboré avec divers artistes de grande renommée. On citera le reaggaeman ivoirien Alpha Blondy (Wari, 2002) et RZA du Wu Tang Clan (Saïan, 2003). Au sein de son ex-crew, ses performances en beat box et les rencontres qui se sont faites avec les icônes mondiales de la discipline restent dans les mémoires.

 
 

Et Leeroy en solo ?

Après un premier album solo, «Open Bar» sorti chez Virgin en 2007, Leeroy prépare, actuellement, son deuxième album solo. Son premier album a été propulsé par le tube «Hey Yo» ou encore «Je viens de là où l’on m’aime» en featuring avec Féfé et l’icône de la musique maghrébine Idir.  Son deuxième opus, sortira-t-il avec la même maison de disque ? «Non, ce n’est pas encore confirmé. Je suis à la recherche d’un deal actuellement» répond-il. Et il poursuit : «Je ne sais pas encore comment je vais l’intituler. C’est dans la continuité de ce que j’ai fait auparavant. Donc c’est du hip hop, mais c’est plus élargi. J’essaye d’y faire quelque chose de plus chanté».

Mis à part Open Bar, Leeroy a déjà travaillé sur d’autres projets en solo tels que «Bollywood Trip» (2006) et «African Trip» (2009). Il a également martelé une série composée de trois mixtapes intitulées Coup de Massue (2005, 2006, 2009). Y aurait-il un 4ème Coup de Massue ? «Non, je crois que je vais arrêter la série. Si je sortirai des mixtapes, ça sera un autre concept» déclare Leeroy qui semble attaché au format mixtapes. «C’est dans la tradition du hip hop. Et puis, c’est les trucs que tu peux faire à la maison. Ça prépare le terrain. Avec les mixtapes, on peut faire des concerts en attendant de travailler sur un vrai album là où on prend son temps. C’est toujours bien de donner de la matière comme ça» dixit l’artiste hip hop. En attendant la sortie de son prochain album, ses derniers morceaux sont en écoute libre sur sa page myspace. A découvrir…

 Thameur Mekki

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer