Tunisie : En attendant la Culture Pub !

«Faites l’amour et pas la guerre». Difficile d’adhérer à ce slogan entre publicitaires en concurrence permanente. Mais ce fut le cas au «Portfolio Night 8». Plus d’une dizaine d’agences réunies pour identifier les maux de leurs futurs employés. Drapeau blanc !

«On a toujours besoin de jeunes, de visions fraiches et de renouvellement d’idées. C’est un peu comme tous les métiers des TIC. Ce sont des métiers pour jeunes parce qu’on a toujours besoin d’idées» déclare Syrine Cherif, directeur général de Memac Ogilvy Label-Tunisie. Et elle poursuit : «De façon générale, l’industrie publicitaire est toujours à la recherche de nouveaux talents. C’est pour ça qu’un événement comme «Portfolio Night 8» a toute son importance et tout son intérêt. La profession a besoin de se renouveler en permanence».

Tout au long de l’après midi du jeudi 20 mai 2010, les rencontres se sont alternées entre étudiants et jeunes diplômés dont les spécialités sont liées au monde de la publicité, d’une part et des directeurs de création des agences de publicité les plus en vue du marché tunisien, de l’autre.

25 étudiants ont amené leur book et leur laptop, au «Portfolio Night 8» tenu au Lodge, pub situé dans les pourtours du centre ville de Tunis. Ils s’y sont entretenus avec plus d’une dizaine d’experts de la création publicitaire.

Exorcisme publicitaire

«C’est une très bonne opportunité. Auparavant, on devait frapper aux portes et chercher à décrocher des entretiens. Quand j’étais étudiant, je n’avais pas la possibilité de rencontrer un directeur de créa et de discuter avec lui de mes travaux et de ma perception du métier» nous confie le jeune copywriter Borhen Eddine Fakhfakh.

«Ici, toute la famille publicitaire se réunit alors que, par ailleurs, on peut se retrouver en train de livrer une bataille acharnée pour conquérir un budget ou la campagne d’une marque. Mais quand on est dans la logique de «de quoi a-t-on besoin pour notre métier ?», ça concerne tout le monde» explique Syrine Cherif.

Organisé par l’agence Memac Ogilvy, «Portfolio Night» se tient simultanément dans plusieurs villes du monde. C’est la deuxième édition de la manifestation en Tunisie. «Ils choisissent les villes où les agences ont brillé dans les festivals internationaux. Nous avons gagné (Lynx, Cannes…) ce qui fait de nous l’agence la plus titrée du Maghreb. C’est pour ça qu’on a été choisi» affirme Syrine Cherif, directeur général de Memac Ogilvy Label-Tunisie.

Copywriter, wanted en Tunisie

Les professionnels de la pub ont tiré certaines conclusions de la première édition du Portfolio Night en Tunisie. Mme Syrine Cherif nous en parle : «Le métier de copywriter (concepteur-rédacteur) est le métier le plus important dans une agence de publicité. Et on s’est rendu compte qu’il y a une méconnaissance de cette expertise. Il y a aussi un problème de formation des écoles et des universités en la matière». Et elle alterne : «Par exemple, si on pense que «pub = spot», c’est une façon très réductrice de voir la publicité. Il y a une inadéquation entre les métiers enseignés pour être dans la publicité et les nécessités du marché».

«Pour cette deuxième édition, on a pensé à mieux collaborer avec les universités et les écoles pour pouvoir les sensibiliser à la réalité de nos besoins afin que leur enseignement aussi évolue. Ils ont coopéré à fond» assure notre interlocutrice.

Au-delà de l’enseignement et de la perception technique de ce métier, la publicité est actuellement toute une culture. Les organisateurs du «Portfolio Night» ont constaté un manque de background culturel à ce niveau : «On s’est rendu compte lors de la première édition que les étudiants n’étaient pas encouragés dans leur cycle d’étude à être curieux. C’est en se nourrissant l’œil qu’on finit, quand on a du talent, par accoucher de ses propres idées (…).C’est une question de background, de culture publicitaire. Mais ça va venir et on le voit déjà. Ça commence !»

Thameur Mekki

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer