Tunisie : Shems FM, sous le voile du mystère

C’est Ramadan, l’heure de la guerre des télés. Sur d’autres fronts, les micros des radios sont en surchauffe. Le lancement de Shems FM, la nouvelle radio, est prévu pour mi-septembre. Et le blackout domine en attendant les rayons de Shems. A questions légitimes, réponses discrètes.

Chut ! Le silence règne dans les couloirs de Shems FM. Le lancement de la quatrième radio privée de Tunisie, éditée par Tunisia Broadcasting, est prévu pour mi-septembre. Jusque-là, peu d’informations ont filtré sur la particularité de la ligne éditoriale de cette radio annoncée «généraliste». La grille de programmation, les animateurs et les journalistes qui traceront le portrait du nouveau-né du paysage médiatique tunisien demeurent incognitos. Pourquoi autant de discrétion ? Amel Smaoui, directrice de la programmation de Shems FM, nous en parle.

«Parce qu’on est très attendu. Ce n’est pas un paysage audiovisuel où on a l’habitude de la concurrence. C’est difficile de ne pas se faire copier, de ne pas se faire plagier, de ramener quelque chose de nouveau». Et elle poursuit : «Donc, ce serait stupide de dévoiler des choses aujourd’hui, alors qu’on ne va émettre que dans un mois (ou presque). Ça laisse du temps aux concurrents (pour ricocher, NDLR). On a envie de proposer une alternative et pas faire la même chose que les autres».

Alternative? La culture alternative avec ses artistes, ses blogueurs et autres adeptes, aura-t-elle finalement son média porte-parole? «Ce n’est pas notre positionnement» répond Amel Smaoui en restant discrète sur sa perception du terme dans le cas présent. «Je ne peux pas le dévoiler» dixit l’ex-animatrice de Mosaique FM. Visiblement, l’«alternative» évoquée par la directrice de la programmation de Shems FM se situe plutôt dans une logique de concurrence.

Et cette attitude est le fruit légitime de la méfiance nécessaire vu que le déclenchement de la guerre des radios est proche. Surtout quand on sait qu’il s’agit de la seule radio privée tunisienne à licence nationale, Shems FM couvrira, dans un premier temps, les régions du grand Tunis, Bizerte, le Cap Bon, le Sahel et Sfax. C’est ce qui ressort d’une dépêche de la TAP. Et donc la nouvelle radio se prépare à combattre sur tous les fronts. La bataille des ondes sera disputée, pour commencer, au nord de la Tunisie conquis par Mosaique FM avec 37,8% de part d’audience en 2009 mais aussi au Sahel (centre-est du pays), envahi par les ondes de Jawhara FM.

L’an passée, cette radio s’est taillée 48% de part d’audience à Sousse. Shems FM couvrira aussi la région de Sfax, zone vierge pour les radios privées, hormis Zitouna FM qui est hors compétition vu que cette radio ne s’intéresse pas à la publicité pour l’instant. A Sfax, le service public reste en tête avec sa radio régionale de la place. En effet, la Radio de Sfax a eu une part d’audience de 19,3% en 2009. La guerre des ondes sera rude !

En haut de la pyramide hiérarchique de Shems FM, on trouve Fethi Bhouri. Son adjoint chargé des affaires commerciales et du marketing est Lotfi Zeghdana.

L’ex-journaliste de Tunisie 7, Imed Ketata occupe la direction de la rédaction. Et Amel Smaoui assure la direction de la programmation. Ces challengers, relèveront-ils le défi ? La Mosaique sera-t-elle décryptée? La Jawhara perdra-t-elle de son éclat?

Thameur Mekki

*Les statistiques d’audience notées dans cet article sont tirées du Bilan 2009 Médias et Publicité, édité par Sigma Conseil en janvier 2010.

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias






  • Envoyer