Tunisie : Pour un secteur TIC plus compétent

L’économie numérique gagne en importance en Tunisie. Sauf que les diplômés en TICs ne sont pas forcément appropriés au marché de l’emploi actuel. La certification des compétences est désormais une question cruciale. Tout un programme national est mis en place pour un secteur TIC plus compétent.

Le Pôle d’El Ghazela des Technologies de la Communication a accueilli, vendredi 27 aout, la journée d’information et de promotion du Programme national de certification des compétences en TIC. Cet événement s’est déroulé à l’initiative du Centre d’information, de formation, de documentation et d’études en technologies des communications (CIFODE’COM). La journée s’article essentiellement autour du Programme présidentiel «Ensembles, relevons le défi ».

M. Mohamed Naceur Ammar, Ministre des technologies de la communication et M. Mohamed Agrebi, Ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, tous deux présents lors de cette journée, ont apporté, chacun de son côté, quelques clarifications concernant le programme national de certification des compétences, tout en insistant sur le devoir d’améliorer par tous les moyens, les compétences des jeunes diplômés et cadres d’entreprises, officiant dans le secteur des TIC.

Après avoir rappelé les enjeux ainsi que l’importance de l’économie numérique en Tunisie, Mohamed Naceur Ammar, Ministre des Technologies de la Communication a évoqué le fait que les diplômes n’étaient pas toujours appropriées aux marchés de l’emploi actuel (surtout pour les postes nécessitant une haute valeur ajoutée) et ne répondaient pas forcément aux critères internationaux de qualité d’où l’importance des certifications. « La certification des compétences illustre parfaitement la volonté de l’Etat, à travers sa politique de soutien, d’améliorer l’orientation des jeunes diplômés demandeurs d’emplois et de formations spécialisées ».

Destiné aux conseillers d’emploi relevant de l’Agence Nationale de l’Emploi et du Travail Indépendant, ce programme a pour but de promouvoir la certification des compétences dans le domaine des technologies, de l’information et de la communication, afin de faciliter l’employabilité des jeunes diplômés. Parmi ses avantages, on peut citer une contribution de 50% de la part de l’Etat tunisien au coût total de la formation avec en plus, la possibilité d’obtenir des prêts et des subventions.

De son côté, M. Mohamed Agrebi, Ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, a rappelé les enjeux du programme présidentiel «Ensemble, relevons les défis» relatifs à l’enseignement supérieur. «Ces formations concordent parfaitement avec l’ensemble des mesures promulguées par le Chef de l’Etat comme par exemple l’amélioration du niveau de langue des jeunes diplômés, via un soutien supplémentaire spécifique, afin que ces derniers puissent mieux appréhender le marché de l’emploi ».

S.B.N

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer