Tunisie : Qui est Hamma Hamma de Casting ?

Il squatte les rues, les stades, les arrêts du métro, mendie de l’argent, vend les tickets de foot au marché noir ou traîne dans les cafés à la recherche d’une chicha abandonnée. De la fiction? Pas tout à fait. Tous les enfants de la rue n’ont pas un Cactus de sauvetage !

Après Migalo, Bahta, Anissa Poussette et le garçon manqué Ftouh, c’est au tour de Hamma Hamma d’avoir les faveurs de l’audience en Tunisie. Les personnages issus d’un milieu trash cartonnent sur les ondes et le petit écran. «T’as vu comment Choko a cartonné dans Maktoub? Choko, est-ce une racaille ou pas? Y’a-t-il quelqu’un qui s’y connaît plus que moi?» lance Hamma Hamma dans l’une des épisodes de «Casting». Et l’enfant est crédible dans ses propos. Ce ne sont pas ses plus de 32 600 fans sur Facebook qui diront le contraire.

Il squatte les rues, les stades, les arrêts du métro. Hamma Hamma y mendie de l’argent, vend les tickets d’un match de foot au marché noir ou traîne dans les cafés à la recherche d’une chicha abandonnée pour tirer quelques taffes. Ce personnage du feuilleton Casting vit dans une petite chambre paumée sur le toit d’un immeuble du centre ville de Tunis. Il partage ce foyer avec une poignée de sans-abris.

De la fiction? Pas tout à fait. Il s’agit d’un mode de vie proche des réalités que vit l’acteur Hamma Hamma, interprète du personnage éponyme. Lors d’une interview sur Mosaique FM, l’enfant star de ce mois de Ramadan a répondu sans gêne aux questions des animateurs de «Romdhane Show». En effet, Hamma Hamma est issu d’une famille de quatre frères et sœurs. Il habite à El Kabbaria. Son père est un concierge, employé de la SOGEGAT. Sa mère est une femme au foyer.

Hamma Hamma a arrêté ses études dès la troisième année de l’enseignement primaire. Et depuis, il a sombré dans la délinquance juvénile. C’est l’un des enfants mendiants si nombreux du côté de la Place de Barcelone, au centre ville de Tunis. Ce qui fait qu’il est fréquemment interpelé par les autorités.

Arrêté au poste de police, sa mère est la seule à aller le récupérer. L’argent mendié lui sert à acheter de la colle à sniffer. Le «tkalfir» est son passe-temps favoris et naturel. Mais depuis le succès de son rôle dans le feuilleton «Casting», sa vie a changé d’une manière radicale.

La photo d’un bébé avec une chicha en main publiée sur Facebook a suffit pour défrayer la chronique en France. La maman a même fait l’objet d’une poursuite judiciaire. Et l’encre a coulé à flot. Mais combien de Hamma Hamma trainent dans les rues sans un Cactus de sauvetage?

K.T

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer