Diaspora, le facebook du monde libre

Maxwell Salzberg, Daniel Grippi, Raphael Sofaer et Ilya Zhitomirskiy sont quatre étudiants new-yorkais qui osent défier le géant Facebook. Présenté par la presse sous l’expression valorisante de «Facebook alternatif », leur projet intitulé « Diaspora» a délivré cette nuit son code source aux développeurs. La version prête à l’emploi ne devrait être disponible qu’en octobre.

Diaspora se présente comme un réseau social entièrement décentralisé, qui laisse à ses utilisateurs le « contrôle » de leurs données. « Dans le réel, nos vies sociales n’ont pas de point de contrôle central, explique dans un billet introductif le blog du projet, nos vies virtuelles n’en ont pas plus besoin. »

Cette décentralisation se traduit par l’utilisation du protocole peer-to-peer : chaque membre de Diaspora pourra entreposer les informations qu’il souhaite partager sur un serveur personnel, qu’il le possède, l’héberge, ou le loue. Pour « ceux moins à l’aise avec la technique », le futur site indique néanmoins vouloir mettre à disposition « un service d’hébergement en un clic comme sur WordPress.com, afin que la création de seed [ndlr : un client sur un site P2P] soit aussi simple que possible ».

Au-delà de la protection de leurs données, sur lesquelles ils gardent la main mise, les futurs utilisateurs de Diaspora sont également appelés à contribution. Le réseau social est « entièrement à construire » (« do-it-all project »), son code est en open source et a été mis à disposition des développeurs dans la nuit.

Au niveau de l’interface, les habitués de Facebook ne devraient pas être trop dépaysés : photo de profil en haut à gauche, nom de l’utilisateur en en-tête, et fil d’information en colonne principale… Même chose aux niveaux des usages : actualisation de « statuts », partage d’albums photos, gestion des « requests » ; c’est « l’expérience sociale » classique.

Reste la question ultime : Diaspora a-t-il réellement les moyens de tacler Facebook ?

Source : Ecrans.fr

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Net






  • Envoyer