Israël déclare la guerre informatique à l’Iran

«Une offensive cybernétique clandestine a été menée contre l’Iran par les Etats-Unis avec l’aide d’unités d’élite israéliennes, expertes en guerre informatique». C’est un spécialiste du renseignement, un analyste israélien d’origine tunisienne qui le dit.

Les laboratoires de Kaspersky sont sans équivoque : «il s’agit de l’attaque la plus sophistiquée jamais vue à ce jour». Ainsi commente Roel Schouwenberg, un expert en matière de malware, l’ampleur des dégâts accomplis par le virus Stuxnet. «L’implication d’un Etat est le scénario le plus vraisemblable» précise le chercheur.

Jacques Benillouche, analyste israélien d’origine tunisienne ne s’embarrasse pas de ces précautions. Il affirme dans le journal en ligne Slate.fr : «une offensive cybernétique clandestine a été menée contre l’Iran par les Etats-Unis avec l’aide d’unités d’élite israéliennes, expertes en guerre informatique». Et ce ne sont pas des paroles en l’air, puisque Benillouche est considéré comme un fin connaisseur des services de renseignements israéliens. Richard Falkenrath, un ancien conseiller de l’administration de Bush, confirme, si besoin, est, cette version.

A ce stade, selon, Mahmoud Liayi, responsable des technologies de l’information au ministère de l’industrie iranien, on compte déjà 30 000 ordinateurs atteints par le virus Stuxnet. Et l’attaque virale en question cible les systèmes informatiques industriels de l’Iran, et non les PC du Persan lambda.

01net souligne que «ce ver ne s’intéresse pas, comme les autres malwares, au PC de monsieur tout-le-monde, mais à des systèmes de contrôle industriels, que l’on trouve sur des sites sensibles : usines, centrales nucléaires ou de gestion de l’eau». Le virus s’en prend précisément à des logiciels de type Scada (Supervisory Control And Data Acquisition ou commande et acquisition de données de surveillance) développés par Siemens et tournant sous Windows.

M. Benillouche affirme que la technologie utilisée dans cet acte de cyberguerre a été développée au sein de deux unités secrètes israéliennes: Mamram ou l’unité 8200. Et les commandos informatiques sionistes n’en seraient pas à leur coup d’essai : selon l’analyste israélien, les mêmes unités de guerre informatique ont permis la destruction, du réacteur nucléaire d’un autre pays arabe. Et à en croire Jacques Benillouche, les cyber-soldats israéliens sont préparés et recrutés dès l’âge de 10 ans. Ils feront leurs armes dans des lycées technologiques, avant de rejoindre les unités de guerre informatique.

A l’heure actuelle, le virus Stuxnet continue de sévir dans les systèmes informatiques industriels de l’Iran. Hamid Alipour, directeur adjoint de la société d’Etat iranienne des technologies informatiques, cité lundi 27 septembre par l’agence IRNA avoue : «Nous surveillons et contrôlons le développement du virus. Nous avions prévu de l’éliminer en deux mois, mais il n’est pas stable, et trois nouvelles versions sont apparues depuis que nous avons commencé les opérations de nettoyage».

D’après un responsable de Symantec, la société américaine qui a développé l’anti-virus Norton, «60 % des ordinateurs infectés par ce virus se trouvent en Iran. Mais l’Inde, l’Indonésie ou le Pakistan, seraient aussi frappés». L’Inde seul pays non-Musulman du lot serait-elle une victime collatérale ?

Le 7 juin 1981, l’aviation de chasse israélienne a bombardé réacteur nucléaire expérimental irakien d’Osirak. 30 ans plus tard, les Israéliens ont changé de méthode pour viser un nouveau pays musulman. Et à ce stade, nous ne disposons pas d’éléments d’informations sur l’éventuelle riposte iranienne.

Synthèse de Lotfi Ben Cheikh

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu






  • Envoyer