Tunisie : Nouri Bouzid, n’admettra pas un régime islamiste

 

La plus prestigieuse décoration française vient d’être décernée à Nouri Bouzid, le résistant du cinéma tunisien, qui a passé 5 ans de sa vie  dans les geôles de Bourguiba. Le cinéaste pro-pirate est désormais chevalier de la Légion d’Honneur.

“Je veux m’adresser surtout aux jeunes cinéastes tunisiens. Je veux leur dire: rien ne doit vous faire peur! N’oubliez jamais les perdants, ne faites pas les héros gagnants”, a dit Nouri Bouzid, après avoir été décoré, hier, des insignes de chevalier de la Légion d’honneur des mains de Frédéric Mitterrand, le ministre français de la Culture.

La plus prestigieuse décoration française vient d’être décernée au résistant du cinéma tunisien, qui a passé 5 ans de sa vie  dans les geôles de Bourguiba. Il a été arrêté, emprisonné et torturé, de 1973 à 1979,  pour délit d’opinions et pour appartenance au groupe radical Perspectives. Sorti de prison, il travaille comme assistant réalisateur sur plusieurs films tunisiens et étrangers. Son premier long métrage L’homme de cendres (1986) est sélectionné à Cannes, Namur et couronné dans plusieurs festivals.

Ses convictions de gauche, le réalisateur ne les a jamais reniées.  Il a ainsi martelé, lors de la cérémonie, à Cannes, “ne pouvoir admettre un régime ou un Etat qui soit islamiste quelque soit sa modération”.  Le réalisateur n’est jamais à court de déclarations fracassantes. Il ya quelques années, il a également fait sensation en se déclarant ouvertement pour le piratage, y compris de ses œuvres, pour permettre à un maximum de cinéphiles de les apprécier.

Toujours est-il que la décoration du metteur en scène tunisien intervient à un moment assez particulier dans sa vie. Nouri Bouzid a été agressé le 6 avril 2011 par un barbu  alors qu’il était entrain de discuter avec des étudiants près du campus d’EL Manar. L’agresseur lui a donné un coup sur la tête avec une barre de fer en criant “Allahou Akbar”… Et pour une fois, le chapeau occidental que le réalisateur tunisien semble affectionner lui a porté chance, et lui a permis de limiter les dégâts. La blessure aurait pu en effet être très grave. Qui a dit que la bartala n’a pas la baraka ?
Quelques jours plus tard, dans un meeting du parti Ennahdha, le rappeur PsycoM acclamé par la foule de militants, scandait que «s’il le pouvait, il utiliserait une kalachnikov, contre Nouri Bouzid».

Synth. LBC

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Actu   TopNews






  • Envoyer