Pierre Haski, le juif tunisien à l’origine de Rue 89

Le journal en ligne Rue 89 est l’un des médias français les plus en vogue du moment. Le projet piquant a été initié par Pierre Haski, journaliste français aux origines juives tunisiennes. L’harissa médiatique de cet homme est concoctée à base deux ingrédients : une démarche participative et un modèle économique atypique. De notre envoyé spécial à Paris, Samy Ben Naceur

rue89pic«Le mot «Rue» est synonyme de lieu de passage, d’échange, parfois même de bagarres. Quant au chiffre 89, il renvoie à trois dates qui ont bouleversé l’histoire de l’humanité : celle de la révolution française, suivie de la chute du mur de Berlin, et enfin, de la naissance du concept de World Wide Web (WWW)» explique Pierre Haski, co-fondateur de Rue 89 lors d’une rencontre avec quelques professionnels de médias tunisiens à Paris. Une occasion pour nous de revenir sur les débuts du journaliste aux origines juives-tunisiennes. Né le 8 avril 1953 à Tunis, Pierre Haski est doté de évoqué son tout au long de ses plus de 30 années d’expérience au sein de la presse française. Il nous a parlé de l’ascension  fulgurante du concept qu’il a créé et qui fait figure de premier média en ligne indépendant en France. Une belle leçon à retenir pour nos médias tunisien, qui ont encore pleins de choses à apprendre sur le métier de web journalisme.

Inspirante agonie de France Soir

La cinquantaine passée, le teint jovial, le regard pétillant, Pierre Haski est le symbole même de la réussite journalistique dans un secteur où il n’a pas toujours été facile de s’en sortir. «Je ne suis pas issu de la génération numérique mais d’une presse beaucoup plus conventionnelle. Il faut savoir qu’à mes débuts, j’ai fortement été marqué par le quotidien France Soir qui à l’époque, relatait tout les faits divers (hold-up, accidents,  meurtres,…). Le média arrivait à publier jusqu’à 4 ou 5 exemplaires tout au long de la journée ! Je m’amusais à tous les acquérir afin de comparer les différentes unes, les titres, les chapôs… Ma passion pour le journalisme est sans doute née à ce moment là !» souligne le co-fondateur de Rue 89, qui d’ailleurs, ne manque pas d’évoquer l’événement de mai 68, période durant laquelle il a vécut la naissance des stations radios indépendantes, interdites par le gouvernement français de l’époque «Ces radios ont dès lors annoncés le tout début de l’agonie de France soir et de beaucoup de ses confrères, une situation qui se poursuit  d’ailleurs jusqu’à présent !» fait-il remarquer, faisant le rapprochement entre ces événements passés, et la situation actuelle qui oppose les médias papiers et leurs «confrères» en ligne.

Le blogging, transition vers le web journalisme

Débutant sa carrière en écrivant des dépêches à  l’AFP, notre journaliste a ensuite fini par intégrer le journal «Libé» (Libération)  vers les années 80. «J’ai eu la chance de vivre la transition entre les machines à écrire et l’apparition des premiers ordinateurs de bureau à cette période !» précise Pierre Haski avant de rajouter : «Quant à ma première transition avec l’univers du web, elle s’est effectuée vers 2004, période durant laquelle j’étais correspondant en Chine. Suivant l’exemple de certains confrères américains, je me suis soudain essayé au Blog (à cette époque, un journaliste ne savait même pas ce dont il s’agissait). Ainsi, je me suis assez rapidement passionné pour ce nouvel outil révolutionnaire, grâce auquel je correspondais de Chine avec la rédaction de Libération et cela pendant toute une année. (NDLR : via le Blog Chinatown)». Au passage, le responsable nous rappelle qu’il s’agissait à peine du début du web 2.0 et que l’interactivité venait à peine de naitre. A partir de là, Pierre Haski et d’anciens amis du «Libé», ont décidé de créer un média en ligne voué à une collaboration entre des professionnels  (journalistes, experts…) et des lecteurs, qui participent tous au processus de collecte de l’information.

Atypique modèle éonomique

Mais c’est sans conteste dans la modération  a-posteriori que Rue 89 tire son principal avantage, malgré les risques liés à certains débordements comme la diffamation, les propos injurieux, racistes…. Et cerise sur le gâteau, le responsable a même eu l’idée, lors de la création de la version papier reprenant les articles déjà paru en ligne (reverse-publishing), d’ajouter les commentaires des internautes à la fin des articles !! Une sorte de réaction à chaud au papier ! Il fallait y penser !

Concernant le modèle économique de Rue89, le journaliste nous explique que celui-ci est basé sur un taux de 60% lié à la publicité en ligne et sur 40% dédié à la formation des entreprises aux rudiments et aux techniques  du journalisme en ligne. En outre,  Pierre Haski admet avoir décidé de mettre un poing d’honneur à diminuer au maximum, le rapport de force que pourrait exercer quelconque annonceur publicitaire,  un phénomène qu’il a déjà observé auparavant, au sein de plusieurs médias français. « Il faut savoir qu’en général, la pub web est 10 fois moins chère que celle liée aux journaux papiers ! Les annonceurs de Rue 89 ne dépassent jamais les 7% du total du budget !» relève-t-il. Le franco-tunisien avoue vouloir toujours aller de l’avant « J’investis au fur et à mesure, dès que l’on arrive à instaurer un certain équilibre financier». L’aventure continue ! 

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias   TopNews






  • Envoyer