Tunisie-ATI: Le procès du porno en ligne reporté

 

Le procès en appel concernant la censure des sites web pornographiques prévu pour le 18 juillet 2011, a été repoussé au 4 août de cette même année. Un rapport d’experts  estimerait les coûts d’un tel dispositif de filtrage «entre 72 et 79 millions de dinars» et ce pour une période s’étalant sur les cinq prochaines années.


La polémique autour de la censure des sites web pornographiques initiée depuis quelques mois en Tunisie, n’est pas prête de s’arrêter. En effet,  la date du procès en appel du 18 juillet 2011, concernant la suspension du jugement de la cour, a encore une fois été repoussée jusqu’au 4 août de cette même année. C’est ce que vient d’annoncer Moez Chakchouk, PDG de l’Agence Tunisienne d’Internet,  via un message posté sur son propre compte Twitter. Un répit de courte durée dont l’issue risque de ne pas plaire à tout le monde.

 

cencurpornooCette affaire avait  vu le jour, suite à une plainte déposée il y a quelques mois par quatre avocats tunisiens demandant une réactivation pure et simple des outils de censure. Ces mêmes procédés utilisés jadis par l’ATI durant l’ère Ben Ali (afin de soi-disant bloquer l’accès aux sites porno).  Donnant raison aux avocats durant la première instance, le 26 mai dernier, l’appareil judiciaire tunisien, (ô combien soucieux de la sécurité de nos bambins), avait par la suite reçu une demande de suspension du jugement de la part de l’ATI. Pas étonnant, vu que cette dernière ne voulait en aucune manière, se voir encore une fois attribuer l’étiquette indélébile d’Ammar 404, l’éternel censeur au service de l’ancien dictateur et de sa famille. Une position que l’on pourrait presque attribuer à celle de se situer entre l’enclume et le marteau.

 

Obligée pour le moment de laisser actifs ses outils de filtrage depuis le13 juin, date à laquelle la requête avait été rejetée par le juge, l’ATI espère beaucoup du  procès en appel initialement prévu pour le 18 juillet mais dont le verdict vient d’être repoussé jusqu’au 8 Aout.

 

Reste à savoir si cette décision penchera en la faveur des adeptes de la chasteté numérique ou bien au profit des défenseurs de la liberté du web qui ont, à maintes reprises, critiqué la censure et tout ce qui y a trait. Surtout que le portail en ligne THD vient de publier dans un récent post, un rapport qui risque carrément de dresser les cheveux sur la tête des internautes tunisiens. Car cette étude technique  effectuée par un groupe d’experts tunisiens indépendants, mettrait clairement en doute l’efficacité de cette censure, face à l’évolution constante des différentes méthodes de contournement. Sans parler des différents autres moyens d’accéder au contenu pornographique et qui n’a d’ailleurs plus aucun secret, même pour les internautes débutants (lire l’article : Tunisie : Chassez le porno, il reviendra au galop).

 

Mais le plus pathétique dans l’histoire, c’est que le rapport des experts  estimerait les coûts d’un tel dispositif de filtrage « entre 72 et 79 millions de dinars » et ce pour une période s’étalant sur les cinq prochaines années.  Des sommes qui donnent le tournis, surtout qu’elles seront intégralement « prises en charge par l’ATI et donc par le contribuable !! Ce qui équivaut à  subventionner le propre outil qui censure l’internaute ! Un comble!

 

Samy Ben Naceur

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Net   TopNews






  • Envoyer