Tunisie : Rififi chez Al Chourouk

 

Le personnel de Dar Al Anwar (maison mère du journal arabophone Al Chourouk et du francophone «Le Quotidien») a appelé, jeudi 15 septembre, la Direction générale de leur entreprise à respecter le droit syndical et à ne pas intervenir dans les affaires syndicales.

Un rassemblement du personnel de Dar Al Anwar a été organisé, jeudi, par le syndicat général de la culture et de l’information relevant de l’union générale tunisienne du travail (UGTT) et le syndicat de base de Dar Al Anwar avec le soutien du Syndicat national des journalistes Tunisiens (SNJT).

La présidente du SNJT, Mme Najiba Hamrouni a affirmé la solidarité du syndicat des journalistes avec les journalistes de Dar Al-Anwar et sa disposition à défendre leurs intérêts.

Les efforts seront poursuivis pour identifier les auteurs des dépassements commis à Dar Al Anwar, en attendant les résultats de l’enquête qui sera ouverte à cet effet, a-t-elle indiqué. Ces mêmes pratiques existent dans d’autres entreprises de presse, a-t-elle fait savoir.

Le secrétaire général du syndicat général de la culture et de l’information, M. Fathi Harrathi a souligné que ce mouvement de protestation vise à revendiquer le libre exercice du droit syndical et la rupture définitive avec les symboles de la corruption et de l’ancien régime.

Pour sa part, le secrétaire général du syndicat de base de Dar Al Anwar, M. Marwene Ben Saleh a déclaré que parmi les revendications des protestataires, figurent, notamment, l’élection des conseils de rédaction et le respect du droit syndical.

 

Source : Tap

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias   TopNews






  • Envoyer