Tunisie : Al Aridha, la scandaleuse réussite d’une pétition

 

Al Aridha, la pétition populaire du parabolique Hamdi enflamme l’opinion. Sidi Bouzid, l’épicentre de la Révolution tunisienne enregistre de nouvelles secousses telluriques. Le web prend également position sur la question du moment.

aridha140-banL’annulation des 6 listes d’Al Aridha Achaâbia a enflammé l’opinion publique, à Sidi Bouzid. L’épicentre de la Révolution tunisienne enregistre de nouvelles secousses telluriques manifestant la colère de ses habitants. Ce qui a amené l’Etat à décréter de nouveau le couvre-feu pour réinstaller le calme. Et pour une fois, les sympathisants de Hechmi Hamdi ont fait la sourde oreille à l’égard de leur maitre à penser parabolique. Après une vague de sympathie sans précédent avec pour résultat une victoire écrasante à hauteur de 90% des voix en faveur de la pétition populaire. Le directeur d’Al Mostakella a beau appeler et rappeler au calme, ses partisans ne lâcheront pas prise de sitôt. Mais l’annulation des listes d’Al Aridha par l’ISIE ne s’est pas faite seulement sentir dans la cité. Le Web a lui aussi eu son lot de réactions.

Ainsi, Jalel Brick, la star incontestée de Facebook y a mis (à sa manière bien-entendu) son grain de sel. Jlayel a en effet appelé Hachmi Hamdi à garder les représentants de son mouvement dans la Constituante. «Bien que tu faisais parti de mes adversaires politiques à l’époque où on était à la faculté, je te suggère de ne pas baisser les bras et craquer face à Kamel Jendoubi et ses collègues qui veulent à tout prix t’acculer à la porte de sortie» martèle-t-il dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Par ailleurs, certains membres actifs de la Twittosphère tunisienne ainsi que des blogueurs ont inondé la Toile à coup de posts et de gazouillis. Ainsi, l’auteur de Ekhsa Tamourthiw écrit dans une tentative d’explication du score effarant obtenu par la pétition populaire intitulée «Al Aridha, l’arnaque du siècle» : «Les militants ont ratissé le pays et sont allés dans les coins ruraux les plus éloignés et les plus défavorisés. Tels des commerciaux, ils leur ont vendu du rêve et leur ont proposé des solutions directes et faciles à leurs plus grands besoins : santé gratuite, transport gratuit aux personnes âgées, une indemnité de chômage de 200 DT pour plus de 500 000 chômeurs, un ministère des tunisiens à l’étranger (argument utilisé à l’étranger). Après avoir vendu l’idée en utilisant un discours simple et direct, une pétition est proposée aux citoyens qu’ils devaient réellement signer en présentant leur carte d’identité nationale. Ceci est assimilé à un engagement d’achat entre les commerciaux et les clients. Les citoyens se sentent engagés moralement avec ce qui est écrit dans la pétition et sentent que le parti s’engage lui aussi de leur fournir ce qui est écrit dans la pétition. Pour eux il s’agit d’une inscription officielle à une grande distribution qui n’aura lieu que si AL ARIDHA gagne bien sûr».

Le tweetos invétéré @WelidNaffati quant à lui commente ainsi les manifestations: «Wallahi El Jbali khatih. N’a rien fait ou dit. Juste il a osé dire qu’il ne formera un gouv avec Al Aridha». Pour sa part, @OussamaCHEBLI pose la question qui tue: «Si le motif de rejet de Al-Aridha était le RCD, Quid des autres liste maintenues (Mahdia, Mannouba, Kairouan etc.)». Mais @YssemSaadi, lui, n’en fait vraiment pas un plat: «Ce qui se passe à #Sidibouzid n’a rien à voir avec la décision du retrait des liste d’al Aridha, c’était décidé avant». En même temps, des Tweeples, sympathisants d’autres partis, ayant raflé les sièges retirés aux candidats d’Al Aridha se frottent les mains. Le malheur des urnes fait le bonheur des autres.

S.M

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias   TopNews






  • Envoyer