Tunisie : IFM fait son buzz sans com’ ?

 

Dans le sillage de la douzaine de radios autorisées à émettre depuis la révolution, le 100.6 se démarque : IFM, pour Ibtissima (sourire) FM, se positionne sur une thématique peu occupée par les autres acteurs, l’humour, et visiblement, ça plaît !

radio-ifmSi vous êtes un vagabond des ondes ou tout simplement un peu curieux, vous avez sans doute remarqué qu’une nouvelle radio s’est creusé un créneau d’audience autour de la fréquence 100.6 sur la bande FM, ou un chauffeur de taxi vous l’aura fait découvrir.

Ce nouvel acteur du paysage radiophonique tunisien a choisi de nous faire rire et de nous laisser tranquilles avec les débats et autres actualités politiques. On reconnaît là une similitude avec la radio française ‘Rires et chansons’ qui diffuse à longueur de journée des sketches et autres ‘tubes’.

Aucune publicité, pas de tapage médiatique, une entrée en matière épurée : pour le meilleur du rire et de la chanson ? Ibtissama FM, car c’est son nom, « Kaming souun ! » nous dit le site web à l’URL dédiée.

Renseignements pris, la radio FM LOL & hits émet avec ses jingles depuis fin décembre, mais occupe sa fréquence depuis déjà plus d’un mois avec une diffusion en automation. La programmation fait se succéder sketches et chansons (des années 80 à nos jours).

Dans le sillage de la douzaine de radios autorisées à émettre depuis la révolution, le 100.6 se démarque : IFM, pour Ibtissima (sourire) FM, se positionne sur une thématique peu occupée par les autres acteurs, l’humour, et visiblement, ça plaît ! Le Tunisien en aurait-il sa claque des débats stériles et d’une situation qui n’évolue pas ou peu ?

Toujours est-il qu’Ibtissama FM n’est que la troisième à se lancer réellement sur les ondes, en compagnie de Radio 6 et Oxygène FM. C’est dire que ça ne se bouscule pas vraiment encore sur la bande FM.

C’est dire que des difficultés de toute sorte restent encore à aplanir. Le marché de la publicité n’est pas des plus tendres avec les nouveaux acteurs du secteur. Et vue la récession, en cette période de l’immédiat post-révolution, la situation n’est pas vraiment prête à évoluer dans le bon sens. Mais visiblement, l’optimisme reste de mise, avec un brin d’ambition. De quoi garder quand même le sourire, quand on sait que ces projets auraient tout simplement inimaginables dans la Tunisie du dictateur déchue.

 

Léna C.

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  Medias   TopNews






  • Envoyer