Forum Tunisie, une plateforme web 2.0 pour le monde associatif

 

«Transformer des idées en action», c’est l’ambition de la plateforme « Forum Tunisie ». Cette initiative est née de l’ébullition actuelle du monde associatif qui crée un besoin de «mettre de l’ordre, consolider les efforts de plusieurs associations en créant un lieu virtuel d’échanges inter-associatifs» nous explique Ismail Elhamad, FT coach (FT, pour functional training) dans l’équipe.

forum-tunisie-180412Cette plateforme web 2.0, opérationnelle depuis fin mars, vise à faciliter le travail collaboratif associatif, avec des forums d’idées et de projets, des intranets à la demande, ainsi que des espaces dédiés au management des projets.

Pour Sami Bahri, consultant international en management et en technologie à l’origine du projet, la Tunisie d’aujourd’hui est un foisonnement d’idées et de projets. Certains acteurs ou structures associatives font preuve d’un grand professionnalisme en matière de conception et de concrétisation de leurs projets. D’autres ont des idées innovantes mais n’arrivent pas à les lancer, faute de moyens, de ressources humaines qualifiées ou même d’accès à des informations, formations, aides et encadrement. La plupart des associations ne disposent pas, par ailleurs, de sièges ou de lieux pour tenir leurs réunions ou pour préparer leurs activités dans des conditions favorables. «Pour que les bonnes idées réussissent, il fallait une approche de gestion participative, et c’est pour cette raison que «Forum Tunisie» leur propose cette plateforme flexible pour construire des réseaux partenaires en vue de trouver des collaborateurs, des parrains ou des sponsors qui veulent les aider dans la réalisation de leurs projets», déclare-t-il à ce sujet.

Cette plateforme dédiée à la société civile est composée de trois modules ; le FT coach détaille :

– un réseau social qui intègre les grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) et permet une communication publique. En effet, les associations créent leur page de profil et interagissent avec les autres acteurs associatifs sur les forums en publiant leurs idées, projets, évènements organisés ou à venir, etc.

– un intranet qui fonctionne approximativement comme un Wiki qui permet le traitement des informations, l’édition et le partage de documents que l’on peut modifier, enrichir à n’importe quel moment, de n’importe quel endroit, etc. ;

– un module de gestion de projet : un espace dédié au management des projets qui permet aux associations et chefs de projet de suivre et de gérer le processus de réalisation de leurs actions, de répartir les tâches, de les ordonnancer, etc.

Pour l’instant, près d’une trentaine d’associations sont déjà actives gratuitement sur le réseau social -il est géré par une équipe de spécialistes de gestion de réseaux sociaux et de télécollaboration (des modérateurs)- et la plateforme compte une bonne centaine de membres (sponsors, parrains, entreprises et associatif). Ainsi, chaque utilisateur/membre peut créer sa propre communauté virtuelle, gérer ses activités et ses réunions en ligne, annoncer et actualiser son calendrier d’actions et d’événements, partager ses documents, ses données et ses informations avec un groupe spécifique. Il peut aussi sonder l’opinion de ses partenaires et dialoguer en direct (texte, voix et image) avec ses amis virtuels ou membres de sa communauté.

L’équipe des modérateurs organise également des cycles personnalisés de formation en ligne à l’intention des divers utilisateurs, en vue de les initier aux services de la plateforme et outils de travail collaboratif, et de leur apprendre les techniques de réseautage.

Les interfaces intranet et module de gestion de projets sont également opérationnelles (testées par le collectif associatif Bus Citoyen) mais en attente de l’établissement de la grille tarifaire.

Soutenu par la Fondation allemande Friedrich Naumann en Tunisie, ce portail mis à la disposition des divers acteurs sociaux du pays se veut «un lieu de rencontre, d’échange, de partage et de travail collaboratif pour les associations, mais aussi un incubateur virtuel de programmes de développement et d’actions communautaires dans notre pays.» dixit Sami Bahri. C’est en tous cas le moyen que « toutes les compétences bénévoles qui y collaborent ont trouvé pour aider leur pays à se reconstruire » nous confie Ahmed Hattab, un autre FT coach.

 

Léna C.

A Lire :

Tunisie : Yezzi, pour recenser les violences policières et la corruption

Tunisie : Souti, pour une démocratie participative

Tunisie : Fhimt.com, l’info encore plus libre grâce aux TIC

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Net






  • Envoyer