«Fausse note», un film noir et loin des clichés tunisiens

 

Le premier film du jeune MajdiSmiri est en salle depuis le 18 mai. Angoisse et suspense, le film est noir et loin des clichés tunisiens. On est allé le voir. Critique.

film-fausse-noteL’affiche lugubre et angoissante de « Fausse Note », le film de MajdiSmiri sorti le 18 mai, image bien l’ambiance du film. Un film noir, voire très noir. Un film qui tient en haleine. Des scènes de violence succèdent à celles de suspense intense.

Cliché

Tout commence par une course poursuite dans une gare. Une cabine téléphonique. Un appel. Un « Je t’aime ». Puis plus rien. Retour en arrière. Pendant plus de 20 minutes, le réalisateur brouille les cartes. Une perte spatio-temporelle volontaire qui permet surtout de faire monter la tension, exacerbée par une bande son électro. Ce film retrace l’histoire d’un architecte (FarèsBelhassan) impliqué malgré lui dans une affaire d’arnaque. Si le suspense est bel et bien présent durant une heure, le réalisateur est tombé dans tous les clichés des films américains.

Du jeune homme qui se fait piéger par une belle jeune femme dont il tombe amoureux, au père mafioso qui roule en grosse voiture et fume un gros cigare, en passant par le meilleur ami torturé, tout y est ! Même si le téléspectateur se demande «pourquoi ?» lorsque le générique de fin défile, ce n’est pas ce qui va le pousser à revenir voir le film. Le goût amer d’un choix volontairement partial du scénariste, plus qu’un scénario bien ficelé, reste dans la bouche.

Historique

Alors faut-il voir ce film présenté au premier festival du film tunisien à Hollywood mi-janvier 2012 ? Oui ! Tout d’abord, parce que même si il flirte avec les clichés américains, ce film tourné pendant plus d’un mois en Tunisie évite les clichés tunisiens (hammam et compagnies). « Fausse Note » reste l’un des premiers, si ce n’est le premier, film de genre en Tunisie, où le suspense et l’angoisse sont réellement présents. Il est aussi un film qui marque peut-être un tournant dans le cinéma tunisien, alors que les salles sont de plus en plus en vides et disparaissent les unes après les autres.

« Fausse note » est à l’écran du Ciné Mad’art, tous les jours depuis le 21 mai.

 

La bande annonce du film :

{youtube}zxunI6WbW0c{/youtube}

Line

A Lire :

Cannes 2012 : «La part des anges» de Ken Loach, une belle comédie sociale

«Après la bataille» de YousryNasrallah déçoit Cannes

Tunisie : « WeldekRajel » ou la vie des harragas à Paris

Print Friendly, PDF & Email

Plus :  A la une   Actu






  • Envoyer